Redécouvrir la bannique

© AdobeStock

Une invention intéressante génère souvent des conflits de parentalité. Ainsi, le débat fait toujours rage à propos de la poutine afin de déterminer qui fut le premier à napper ses frites de grains de fromages et de sauce brune. Et la paternité de la pizza hawaiienne est réclamée autant au Canada qu’aux États-Unis. Comme mes racines sont ukrainiennes, j’aime croire que les pierogis sont originaires de chez nous et non de Pologne ou de Russie !

L’origine de la bannique ne fait pas exception à cette tendance. Le pain bannique fut très prisé des premiers explorateurs au Canada et des marchands de fourrure. On fabriquait ce pain plat de forme ovale avec de la farine sans levain, du gras, du sel, de l’eau et parfois de la poudre à pâte. Il est traditionnellement admis que les trappeurs écossais ont fait connaître la bannique aux Premières Nations au cours des XVIIIe et XIXe siècles. La version écossaise était cuite sur une grille ou une pierre chaude et elle était faite d’orge et de farine de pois ou d’avoine.

C’est au camp d’été que j’ai dégusté la bannique pour la première fois. Imaginez une rondelle de hockey bourrée de glucides. Sa préparation simple et rapide en a fait un aliment très populaire lors des sorties de plein air. Une grosse galette peut satisfaire plusieurs personnes voraces.

Mais avec tout le respect dû à nos amis écossais, il faut admettre que les Premières Nations possédaient déjà leur propre recette de bannique. Les Inuits la nommaient palauga, les Micmacs luskinikn, et les Ojibwés ba‘wezhiganag. Avant que les Européens n’introduisent ici le blé et l’orge, les Premières Nations fabriquaient leur farine à partir de quenouille, de gland, de mousse, de lichen et de fougère. Le pain qu’ils en tiraient et d’autres recettes à base de pain ont ainsi comblé leurs besoins alimentaires au cours des époques difficiles de leur histoire. On accorde aux Métis l’idée d’avoir ajouté des baies sauvages pour adoucir le goût de la bannique.

Aujourd’hui, la bannique est généralement frite dans l’huile. Mais cette version moderne respecte toujours les découvertes et les traditions des Européens et des Premières Nations. Même si les recettes se sont diversifiées, on utilise encore la même méthode et les mêmes ingrédients pour fabriquer la bannique.

Dernièrement, nous en avons préparé à la maison. C’est ma belle-fille qui cuisinait et je dois avouer que j’en ai englobé un morceau de la taille d’une pointe de pizza. Dès la première bouchée, de nombreux souvenirs d’enfance me sont revenus en mémoire. Notre sœur m’a aussi rappelé que maman avait l’habitude d’en cuire à notre chalet d’été. Ma belle-mère, pour sa part, préparait une recette nommée pain écossais.

Certains restaurants ou camions de cuisine de rue en ont fait leur thématique. On peut aussi trouver des paquets de banniques dans certaines grandes chaînes d’alimentation. Il est également possible d’en cuisiner à la maison dans une poêle ou une friteuse, au four ou à l’aide d’une branche au-dessus d’un feu ; on la nomme dans ce cas le pain du campeur. La cuisson de la bannique et de ses dérivés permet beaucoup de créativité, aussi ne vous gênez pas pour expérimenter.

La pâte du taco bannique contient du jus de lime et sa garniture est faite de chili, fromage râpé, laitue, tomates en dés, crème sûre et salsa. Le pain bannique à la cannelle est délicieux, tout autant que la pizza bannique à la courge musquée, les bouchées de bannique aux baies sauvages et salade de betteraves et enfin, les blinis garnis de caviar de grand brochet. Nous avons même expérimenté la version fougasse avec huile d’olive, ail et romarin. Et pourquoi pas un pierogi bannique ? Je viens tout juste de chercher ce terme avec Google et il n’existe pas : vous savez donc maintenant que j’en suis l’inventeur !

 

Plus de cet auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Jeff Swystun

 

Jeff Swystun30 Posts

Conférencier prolifique et écrivain, Jeff a donné plus de 115 conférences dans 25 pays. L'expertise de Jeff en matière de stratégie d'entreprise, de stratégie de marque et de marketing a mené à l'ouverture de Swystun Communications en 2012. / A prolific speaker and writer, Jeff has appeared at over 115 conferences in over 25 countries. Jeff’s expertise in business strategy, branding and marketing led to the opening of Swystun Communications in 2012. SC is a boutique agency focused on the intersection of business and brand strategy.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password