Linda Crutchfield

©Courtoisie

De nos jours, dès leurs premières prouesses, les jeunes athlètes sont reconnus pour leur potentiel. Médias, réseaux sociaux, commanditaires, associations sportives, parents et communauté ; tous accompagnent les jeunes sportifs dans leur progression. Mais il fut une époque où le jeune athlète devait défricher lui-même son propre parcours. Linda Crutchfield en est l’exemple parfait.

©Musée du ski

Linda est née en 1942 à Shawinigan et a trois frères : Norman, Geoffrey et Andrew. Son père Gordon est dentiste et sa mère Evelyn – infirmière de formation – est femme au foyer. Son père – excellent hockeyeur – et deux de ses frères ont joué pour l’équipe de l’Université McGill. Sportive par naissance, Linda commence à skier sur les pentes des petits centres de ski de sa région comme le mont Carmel – propriété de Fritz Gauthier. La Tuque, Trois-Rivières et Shawinigan étaient reconnus comme bassin de bons sauteurs à skis, tel Ernie McCulloch à ses débuts.

Le père de Linda réalise que sa fille s’intéresse à la compétition. Shawinigan est loin de Mont-Tremblant, mais comme il existe un lien d’amitié entre Fritz Gauthier et Ernie McCulloch, ses parents acceptent qu’elle participe à la course Taschereau pour se mesurer aux jeunes skieurs prometteurs.

Linda prend l’autobus seule à l’hiver 1958. Elle possède une vieille paire de skis usés de 180 cm et ainsi équipée, elle rencontre Ernie McCulloch deux jours avant la course. Dès son arrivée, Ernie lui propose de lui fournir une paire de skis plus appropriés – des skis Head 210 cm. Linda n’a jamais skié avec de tels skis et ne connaît ni cette montagne ni la piste de la course. Ernie lui propose de skier le bas de la Nansen puis de se joindre à lui, Peter Ryan et moi-même le vendredi matin pour s’entraîner.

Le vendredi, nous suivons Ernie, ne laissant que quelques centimètres entre nos skis. Mais l’entraînement est limité et lorsque Linda se présente au départ de la course, son équipement lui semble inadapté. Elle s’élance avec fougue, mais avec le sentiment qu’elle est en train de s’humilier. Elle ne s’arrête même pas à l’arrivée pour connaître son temps et glisse directement à la boutique pour rendre son équipement. Une officielle la rejoint alors et lui annonce, contre toute attente, qu’elle a remporté la course avec 10 secondes d’avance. C’est le début de sa carrière en compétition.

De 1960 à 1965, elle fera partie de l’équipe canadienne de ski. Elle participera aux championnats du monde en 1962 à Chamonix, en France et aux Jeux olympiques de 1964 à Innsbruck, en Autriche. Elle sera championne canadienne en 1962 et 1964. Elle remportera la Ryan’s Cup en 1959 et 1965, la Québec-Kandahar en 1960, 1962 et 1966. Elle gagnera également à six reprises la Adam’s Memorial. Elle sera nommée Athlète de l’année par le Amateur Athletic Union.

Linda est aussi attirée par le ski nautique où elle s’illustrera. Dès 1965, elle participe aux championnats canadiens puis aux championnats mondiaux. Et elle fera partie du grand spectacle de ski nautique de l’Expo 67.

©Courtoisie

Insatiable, Linda découvre le sport de luge. Alors qu’elle est codirectrice de l’école de ski du mont Avila en 1967 – où une compétition de luge est organisée – Linda concourt et devient la championne canadienne. Elle conservera son titre en 1968 à La Réserve et deviendra championne nord-américaine au même endroit la même année.

©Courtoisie

Linda Crutchfield est une des rares athlètes à faire partie de quatre Temples de la renommée dans trois sports différents. Cette femme discrète ne se vante jamais de ses succès en compétition, ni des nombreux postes d’entraîneur qu’elle a tenus, ni des écoles qu’elle a fondées. Vous pouvez la croiser tous les hivers sur les pistes du mont Tremblant.

Depuis près de 50 ans, cette athlète de calibre international enseigne le ski. Peut-être vous, vos enfants ou petits-enfants avez-vous appris à skier avec elle. Sachez que vous avez la chance de connaître cette grande dame du monde sportif.

 

Plus de cet auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Peter Duncan

 

Peter Duncan121 Posts

Membre de l’équipe canadienne de ski alpin de 1960 à 1971, skieur professionnel de 1971 à 1979 et champion américain en 1965, Peter Duncan a participé aux Jeux olympiques de 1964 à Innsbruck ainsi qu’à ceux de 1968 à Grenoble. Intronisé au Temple de la renommée du ski au Canada, au Panthéon des sports du Québec et récipiendaire de la médaille du gouverneur général, Peter a longtemps été commentateur de ski à la télévision./ Peter Duncan is a Canadian former alpine skier who competed in the 1964 and the 1968 Winter Olympics. He was named to the Canadian National Alpine Team in 1960 at the age of 16 and competed at the national level for the next 10-years until 1970 before retiring.

Michel Normandeau

Connor O’Brien

1 Comment

  • Jean Pierre Laroche Reply

    juillet 20, 2023 at 9:07

    Merci Peter
    Jean Pierre Laroche

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password