Le Petit rucher du Nord métamorphose l’hydromel québécois

Félix Lapierre & Judith Forget. ©Guillaume Vincent

Une gamme inédite de quatre nouveaux hydromels vient mettre en lumière le savoureux miel du Petit rucher du Nord et balaye du même coup les a priori que nous pouvions entretenir au sujet de cette boisson alcoolisée ; l’une des premières que l’homme ait dégustées.

La fabrication de vin de miel s’ajoute ainsi aux activités de la ferme apicole brégeoise. Apiculteur aguerri et fondateur du Petit rucher du Nord, Félix Lapierre caressait ce rêve depuis longtemps. La construction d’un bâtiment entièrement dédié à ses activités apicoles en 2018 l’a rendu réalisable.

Frais, pétillants, secs ou gourmands, ces hydromels ont été obtenus à partir de la fermentation de miel et d’eau auxquels sont ajoutés des levures et nutriments, mais aussi des fruits ou aromates.

« Nous mettons au défi qui que ce soit ayant bu de l’hydromel il y a longtemps de goûter à nos cuvées. Nous croyons sincèrement qu’il y en a pour tous les goûts et toutes les occasions ! », fait valoir Félix Lapierre.

Une première cuvée prometteuse

Ces quatre premiers hydromels du Petit rucher représentent autant d’occasions de redécouvrir le vin de miel. Appuyés par l’œnologue Richard Bastien, Judith Forget – copropriétaire du Petit rucher – et Félix Lapierre ont débuté leurs premières fermentations en janvier 2022.

« Nous ne voulions pas une boisson sucrée, souligne Félix. Nous cherchions un hydromel de type vin blanc qu’il est possible de boire en toutes occasions, même en mangeant. »

Le résultat est surprenant. Doté des arômes frais caractéristiques du miel de tilleul duquel il est issu, le Rue des Champs, un hydromel sec, évoque discrètement le sauvignon blanc. Un pétillant naturel a également été développé à partir du même miel. Embouteillé avant la fin de la fermentation, le Fabuleux présente des petites bulles festives sans prétention, parfaites pour l’apéro.

Pour le Victor, des baies d’argousier ont été ajoutées pendant la fermentation. Les fruits proviennent de Régal nomade, une jeune entreprise qui cultive l’argousier à Labelle. Finalement, l’hydromel Automne, un peu plus fort en alcool (15%) et aussi en sucre résiduel, propose un côté plus chaleureux et une touche gourmande. Et ce n’est qu’un début, car les producteurs ont la tête remplie d’idées pour les prochaines cuvées.

« L’hydromellerie est un complément parfait à l’apiculture, affirme Judith. L’été, on travaille avec les abeilles pour produire du miel et l’hiver, alors que la salle d’extraction est vide, on y fabrique de l’hydromel en utilisant une partie du miel récolté. Ça optimise l’utilisation de tout notre espace. »

Félix Lapierre et son amoureuse Judith Forget gèrent un cheptel de près de 400 ruches ainsi qu’une boutique à la ferme, où l’on retrouve leurs miels, hydromels, produits transformés à base de miel, emballages de cire d’abeille Api-Flex ainsi que plusieurs produits d’artisans et producteurs locaux.

La boutique est située au 362, route 323 à Brébeuf. Il est également possible de se procurer leurs hydromels au Marché et bistro fermier Aux petits oignons et aux Moulins Lafayette, à Mont-Tremblant.

lepetitrucherdunord.com

 

Plus du même auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Guillaume Vincent

 

Guillaume Vincent434 Posts

Rédacteur et journaliste de profession, Guillaume Vincent a fait ses armes au sein de l’agence QMI. Il s’est joint au Tremblant Express en 2014. Promu en 2017, il y assume depuis le rôle de rédacteur en chef et directeur de la publication. / A writer and photojournalist by profession, Guillaume Vincent won his stripes in the QMI agency. He joined Tremblant Express in 2014. Promoted in 2017, he has been editor-in-chief and co-publisher since then.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password