Clubs de ski : une tradition depuis près de cent ans – Chapitre 2

Équipe chrono Québec-Kandahar 1975. ©Courtoisie

Au décès de M. Ryan en 1950, Mme Ryan enregistre son propre club de ski. Vu que les compétitions se tenaient sur le mont Tremblant et que le centre de villégiature avait accès à un organisme de mise en marché, il était facile de contacter les clubs de ski nationaux et internationaux. Mme Ryan pouvait ainsi assumer la responsabilité et l’encadrement des compétitions sur sa propriété.

Comme chaque compétition était sanctionnée par l’appareil national de ski alpin, il était essentiel de recruter des coureurs de calibre. La publicité engendrée par la participation de skieurs renommés confirmait l’excellence des installations, attestait du niveau de difficulté des pistes et assurait la réputation internationale de la station.

En 1950, après les championnats mondiaux d’Aspen au Colorado, Station Mont Tremblant et le Club de ski Mont-Tremblant invitèrent l’équipe française à participer à la course Québec Kandahar. Mme Ryan commandita l’évènement et logea l’équipe au Devil’s River Lodge. J’ai alors six ans et je vois arriver James Couttet, Henri Oreiller et leurs coéquipiers. Je les rencontre aux repas dans la salle à manger et comme un petit oiseau sur une branche, je suis témoin de leurs conversations. Je suis un garçon comblé.

Après les championnats mondiaux de Badgastein en 1958, Chiharu Igaya, médaillé d’argent aux jeux de 1956 et médaillé de bronze en slalom à Badgastein et Guy Périllat, médaillé de bronze en descente à Squaw Valley viendront participer à la course Québec Kandahar.

D’autres grands noms prendront part à cette course : Nancy Green (médaillée d’or en géant et d’argent en slalom à Grenoble en 1968), Betsy Clifford (médaillée d’or en slalom géant à Val Gardena en 1970 et médaillée de bronze en descente aux championnats du monde de Saint-Moritz en 1974) et Kathy Kreiner (médaillée d’or en géant aux jeux d’Innsbruck en 1976).

Au fil des ans, Station Mont Tremblant a subi d’immenses changements. Ces évolutions apportèrent un regain d’énergie grâce à de nouveaux compétiteurs qui restructureront le Club de ski Mont-Tremblant. C’est le 6 juin 1987 que le club s’enregistre sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. Eddy Butler, Claude Girard et Neil Vinet (directeur de l’École de ski de Mont-Tremblant) en furent les instigateurs.

Robert & Jako Graton, 1958. ©Courtoisie

Désormais, les parents deviendront membres du club et participeront à l’organisation des courses et des évènements sociaux. Cela crée un sentiment d’appartenance.

Par ailleurs, le nombre des compétiteurs est doublé. Le club retrouvera alors sa place d’honneur dans la division laurentienne.

Et c’est sous la présidence de Daniele Balit qu’il aura enfin « pignon sur la montagne ».

Selon moi, la mission d’un club de ski est d’abord de développer un bassin de jeunes skieurs et d’offrir la chance de s’épanouir dans un cadre d’entrainement récréatif.

Le club doit assurer un environnement sain, nourri de respect, d’intégrité et de diversité. Les relations entre le club et la station doivent être cordiales autant pour les sites d’entrainement que pour l’organisation des courses et des évènements.

Depuis la renaissance du club, plusieurs nouveaux programmes ont vu le jour pour répondre aux changements structuraux de la division laurentienne.

Il est courant de voir des skieurs de Tremblant parmi les médaillés à tous les niveaux. Du Club de ski Saint-Jovite en 1930 à la génération actuelle en passant par la version Mont-Tremblant des Ryan, le club de ski s’est toujours illustré par sa compétence et son professionnalisme.

Auteur de ces lignes et ancien membre du Club de ski Mont-Tremblant, je suis toujours impressionné par le dévouement des organisateurs du club. J’admire leur ténacité et leur application à promouvoir ce sport familial extrêmement formateur qu’est le ski alpin. Salariés ou simples bénévoles, tant de gens ont contribué au fil des ans à l’excellence du club depuis sa création que je ne peux malheureusement tous les nommer et je m’en excuse.

Je tiens cependant à tous les remercier chaleureusement de s’être investis sans compter.

 

Du même auteur : Clubs de ski : une tradition depuis près de cent ans (Cliquez sur l’image)

 

Peter Duncan54 Posts

Membre de l’équipe canadienne de ski alpin de 1960 à 1971, skieur professionnel de 1971 à 1979 et champion américain en 1965, Peter Duncan a participé aux Jeux olympiques de 1964 à Innsbruck ainsi qu’à ceux de 1968 à Grenoble. Intronisé au Temple de la renommée du ski au Canada, au Panthéon des sports du Québec et récipiendaire de la médaille du gouverneur général, Peter a longtemps été commentateur de ski à la télévision./ Peter Duncan is a Canadian former alpine skier who competed in the 1964 and the 1968 Winter Olympics. He was named to the Canadian National Alpine Team in 1960 at the age of 16 and competed at the national level for the next 10-years until 1970 before retiring.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password