L’immobilier à Mont-Tremblant post-confinement

© AdobeStock

Comment expliquer l’engouement postconfinement pour l’immobilier à Mont- Tremblant ? Ma réponse en six points.

Prédisposition. L’immobilier était en effervescence avant le confinement.

Espace. Le fait d’avoir été coincé en ville dans une population dense pendant une période de pandémie a amené les gens à désirer un espace en campagne.

Accélération. Certains ont, pendant cette période trouble, réalisé la fragilité de la vie. Ceci les a conduits à cesser de reporter les projets de vie qui leur tenaient à cœur.

On est bien chez soi. L’idée de passer de la ville à la campagne tout en restant chez soi est attrayante.

Télétravail. La population a expérimenté le télétravail. Nombreux sont ceux qui feront tout pour éviter d’avoir à retourner dans le trafic cinq jours par semaine. Plusieurs songent sérieusement à passer trois, quatre voire sept jours par semaine à Mont-Tremblant tout en travaillant à temps plein pour un employeur en ville.

Monétaire. La maison secondaire convoite le même budget que les voyages. Comme la majorité des gens ne se voient plus voyager comme avant, l’argent est libéré pour l’achat d’une résidence secondaire.

L’immobilier à Mont-Tremblant est par conséquent en effervescence avec des ventes records et des prix à la hausse. Cette vague d’acheteurs préretraités et télétravailleurs entraînera des retombées positives pour la région, car elle amène plus que des « weekenders ».

Ce sont en effet des résidents semi-permanents qui aideront les commerçants locaux à atteindre un meilleur équilibre de leurs revenus annuels.

Bien que nous en soyons ravis en tant que courtiers, nous aurions sans doute vécu le confinement autrement si nous avions pu prévoir cette vague d’intérêt pour l’immobilier dans la région. Nous en aurions profité pour mettre nos « pieds sur le pouf », car ce n’est certes pas en ce moment que l’on peut se reposer.

 

Pascale Janson17 Posts

Pascale Janson, BAA Directrice d’agence, copropriétaire et courtier immobilier agréé chez Les Versants Mont-Tremblant. Pascale détient un baccalauréat en marketing et en gestion d’entreprise des HEC de Montréal. Elle a travaillé plusieurs années à Paris et à Montréal. En 2003, elle a décidé de relever le défi de créer, avec son père, sa propre bannière en immobilier. / Agency manager and co-owner Pascale studied marketing and management at the HEC Montréal and worked for several years in Paris and Montreal. In 2003, she agreed to her father Etienne’s proposal to open a local real estate office.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password