La famille Clagett

La maison "Sans Sabot". ©Courtoisie

Tom Clagett et Nancy Leiter Clagett sont venus la première fois à Mont-Tremblant à l’hiver 41-42 alors qu’ils venaient de se marier en automne. Leur ami de jeunesse Joe Ryan – passionné par son projet de centre de ski et de villégiature à Mont-Tremblant – leur avait suffisamment vanté l’endroit pour qu’ils veuillent en faire la découverte.

Comme bien des gens de l’époque, ils sont arrivés à la gare du lac Mercier à bord de leur wagon personnel où ils ont été accueillis par M. Ryan et mon père Charles, et conduits dans une carriole qui les amena aux pieds des pentes. Ils furent bien sûr impressionnés par l’ampleur du projet de leur ami et sa détermination de le mener à terme.

Tom Clagett & Nancy Leiter Clagett. ©Courtoisie

Mais eux aussi tombent sous le charme de la région, une nature sauvage à deux pas de Montréal – une ville en plein essor – et très accessible pour les grands centres de l’Est des États-Unis. Sans oublier la joie de vivre et l’accueil de la population locale. C’est ainsi que le couple Clagett rejoint un groupe international séduit par Mont-Tremblant.

Nancy Clagett entrevoit un lieu idéal où ses talents d’athlète d’élite pourraient être sollicités. En effet, elle avait été sélectionnée par le comité olympique américain – dans les sports de voile catégorie 8 mètres – pour les Jeux olympiques de 1936 à Berlin.

Malheureusement, l’association de voile décidera de ne pas envoyer ses athlètes jugeant le climat politique qui régnait en Allemagne trop dangereux pour pouvoir assurer leur sécurité et celle de leurs embarcations.

Joe Ryan fait la promotion d’un endroit qui a tout pour attirer une clientèle distinguée. Au-delà des belles rivières, de la montagne et des lacs aux eaux claires, il offrait un service de classe original.

Les Clagett retournent à Washington où M. Clagett rejoint la marine suite à l’engagement des États- Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Il fait son service militaire à Hawaï sur l’ile d’Oahu après le bombardement de Pearl Harbor. À la fin de la guerre, le couple décide d’agrandir la famille. Naissent alors leur fille Judy en 1946 et leur fils Tim en 1951.

À l’hiver 54-55, ils reviennent à Mont-Tremblant pour leur deuxième séjour. Bien des années se sont écoulées, mais ils ont toujours le lieu en tête et ils savaient qu’ils y retourneraient. Ils choisissent la période des Fêtes, et ce Noël passé ici scellera à tout jamais leur amour pour notre coin de pays. Judy, aujourd’hui encore, se souvient du chalet F qu’ils occupaient cet hiver-là, ainsi qu’à leur retour au printemps.

Ils reviendront ainsi tous les ans jusqu’en 1960. Ils comprennent alors que, tant qu’à revenir tous les ans, il serait judicieux d’y construire une résidence secondaire.

L’emplacement choisi est idéal sur le lac Tremblant – là où se trouve maintenant l’hôtel Quintessence. Ils appelleront leur maison « Sans Sabot ». La famille s’intègre à la région et forge des amitiés. Non seulement ils sont ici l’hiver pour le ski, mais aussi l’été pour profiter des activités estivales.

Judy adore le ski et devient monitrice pour Ernie McCullough de 1964 à 1968. Par la suite, elle créera – en compagnie de sa grande amie Corinne Whitehouse – sa propre école de ski « Igloo Ski School ». Elles n’enseigneront que le mercredi à Saint-Sauveur et uniquement aux femmes.

L’été, elle se joint à un groupe de skieurs nautiques dont je fais partie. Notre petite équipe offre des démonstrations sur le lac Ouimet pour le Villa Bellevue, à la fin desquelles nous passons le chapeau.

La famille adopte le Québec et nos coutumes. En 1968, Judy épouse un Québécois, Less McLennan, et ils s’installent à Notre-Dame-de-Grâce où ils auront deux enfants, Stephanie en 1969 et Travis en 1971. Judy retournera aux États-Unis en 1975 où elle travaillera dans le milieu diplomatique.

Nancy Leiter Clagett décède en 1977 et la maison Sans Sabot sera vendue dans les années 80. Mais l’amour pour Tremblant ramène Judy dans la région tous les hivers. Après le décès de son père, au début des années 2000, Judy fera construire une maison tout près des pentes. Sa fille et elle passent une grande partie de leur hiver parmi nous où elles sont connues et appréciées pour leur gentillesse et leur simplicité.

C’est la beauté de notre région qui a d’abord séduit les Clagett il y a maintenant 82 ans, et c’est cette même beauté qui séduit toujours la troisième génération de cette famille. C’est à nous, les citoyens, de faire en sorte que la magie de notre belle région continue d’opérer.

 

Plus de cet auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Peter Duncan

 

Peter Duncan121 Posts

Membre de l’équipe canadienne de ski alpin de 1960 à 1971, skieur professionnel de 1971 à 1979 et champion américain en 1965, Peter Duncan a participé aux Jeux olympiques de 1964 à Innsbruck ainsi qu’à ceux de 1968 à Grenoble. Intronisé au Temple de la renommée du ski au Canada, au Panthéon des sports du Québec et récipiendaire de la médaille du gouverneur général, Peter a longtemps été commentateur de ski à la télévision./ Peter Duncan is a Canadian former alpine skier who competed in the 1964 and the 1968 Winter Olympics. He was named to the Canadian National Alpine Team in 1960 at the age of 16 and competed at the national level for the next 10-years until 1970 before retiring.

Michel Normandeau

Connor O’Brien

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password