Incursion privilégiée en nature

© Courtoisie

Cet été, la pêche sera probablement l’une des activités de plein air qui se conformera le plus aisément aux mesures de distanciation sociale. Voyons comment il sera possible de profiter de ce magnifique terrain de jeu que représente la rivière du Diable.

Les pêcheurs aguerris peuvent donc se réjouir. Bien que les activités du Club des Moucheurs EnDiablés soient impactées, notamment par l’annulation de toutes les activités de la Fête de la pêche suite aux exigences du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), les moucheurs auront la possibilité de s’adonner à leur sport favori.

Les néophytes, quant à eux, pourront saisir cette opportunité afin de s’initier à ce sport qui offre une incursion privilégiée en pleine nature.

« Il est possible de pratiquer ce sport tout en respectant les mesures de distanciation sociale », fait valoir Denis Landreville, administrateur et cofondateur du Club des Moucheurs EnDiablés. « Bien sûr, pêcher à gué reste plus simple qu’en canot, mais c’est tout de même possible, car les embarcations font plus de deux mètres », souligne-t-il.

Se lancer dans l’aventure

À juste titre, la pêche à la mouche est souvent considérée comme un sport. Les fosses peuvent être difficiles d’accès et les eaux peu profondes des rivières de montagne offrent la chance aux poissons de repérer leurs assaillants.

Il devient dès lors plus ardu de les attraper. Que ces vertébrés aquatiques se rassurent toutefois, car la majorité des moucheurs remettent à l’eau leurs prises afin que d’autres pêcheurs puissent à leur tour en profiter.

En plus d’un permis de pêche valide, il est obligatoire de s’acquitter des droits d’accès de la SÉPAQ dans les secteurs réservés à la pêche à la mouche. Un équipement est de plus nécessaire afin de s’adonner à cette activité en toute sécurité.

Denis Landreville explique qu’il faut compter à peu près 500 $ pour un équipement de pêche à la mouche complet et durable qui comprendra des pantalons, des bottes, la canne à pêche, le moulinet, les soies, un sac, etc. Denis insiste sur le mot durable en précisant qu’il s’agit davantage d’un investissement qu’une dépense.

Notons que pour la pêche à gué, un équipement de base reviendra un peu moins cher.

Trouver le nord

Véritable incontournable, la carte canot-kayak-pêche permet de s’orienter et indique les lieux d’accès pour la pêche et la mise à l’eau des canots sur la rivière du Diable. Les secteurs réservés à la pêche à la mouche y sont par ailleurs clairement identifiés.

Cette carte est disponible via l’application gratuite Ondago, qui permet d’y accéder sans données cellulaires ainsi qu’au bureau d’accueil touristique de Mont-Tremblant.

Investissements et ensemencement de la rivière

Sans surprise, le Programme de soutien à l’ensemencement des lacs et des cours d’eau n’a pas échappé aux coupures du MFFP. Malgré cela, Denis Landreville reste optimiste. Il maintient en effet que les ensemencements auront lieu comme prévu grâce à une subvention émise par la Ville et à la collaboration de la Pisciculture Mont-Tremblant.

En outre, la Ville de Mont-Tremblant s’est engagée à réaliser cette année des travaux d’aménagement d’environ 300 000 $ afin d’améliorer les sentiers et la signalisation. Ces investissements permettront d’offrir un accès plus sécuritaire aux différents emplacements réservés à la pêche à la mouche sur la rivière du Diable.

« Nous sommes particulièrement fiers de cet important engagement de la Ville à reconnaître la pêche à la mouche comme faisant partie de son offre de loisirs extérieurs de qualité », font valoir les Moucheurs sur leur tout nouveau site internet.

Bonne saison de pêche !

 

moucheursendiables.com

naturaventur.com

 

Guillaume Vincent277 Posts

Rédacteur et journaliste de profession, Guillaume Vincent a fait ses armes au sein de l’agence QMI. Il s’est joint au Tremblant Express en 2014. Promu en 2017, il y assume depuis le rôle de rédacteur en chef et directeur de la publication. / A writer and photojournalist by profession, Guillaume Vincent won his stripes in the QMI agency. He joined Tremblant Express in 2014. Promoted in 2017, he has been editor-in-chief and co-publisher since then.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password