Une relève prometteuse pour Landmark Passivhaus

©Joanie Beaulieu

Fondée en 2013 par le concepteur de maison passive certifié Jim Iredale, l’entreprise tremblantoise Landmark Passivhaus – anciennement Landmark, fondée en 1987 – est récemment passée aux mains de l’entrepreneur en construction Keven Laporte. La région de Mont-Tremblant peut donc continuer de compter sur une équipe de professionnels spécialisée en édification d’habitations écoénergétiques rencontrant les standards les plus exigeants de l’industrie.

Jim Iredale & Kevin Laporte. ©Joanie Beaulieu

L’été dernier, Keven Laporte concrétise l’acquisition de l’entreprise Landmark Passivhaus après avoir travaillé durant sept ans sur plusieurs projets de maisons passives auprès de Jim Iredale. Une relève pleine de promesses, selon ce dernier, ravi que sa vision de « toujours faire mieux et de livrer mieux » puisse continuer malgré son départ en préretraite.

« Je suis vraiment heureux que Keven ait décidé d’assurer la pérennité de Landmark Passivhaus, confie M. Iredale. Je n’ai aucun doute sur ses compétences et sa volonté de continuer de construire les meilleurs bâtiments. Le passif, c’est vraiment ce qui se fait de mieux, c’est de la science appliquée.

Ces bâtiments sont conçus pour être à l’épreuve du futur et ils le sont. On peut réaliser des résultats calculés. Je reçois les comptes d’Hydro-Québec depuis plusieurs années de maisons sur lesquelles j’ai travaillé et elles performent comme prévu », affirme Jim, qui continue d’assister son ancienne entreprise en qualité de consultant.

Construire pour l’avenir

Auprès de Jim, Keven aura découvert le savoir-faire séculaire de l’énergie solaire passive combiné à de nouveaux matériaux dotés de coefficient d’isolation à haut rendement. Alors que le jeune entrepreneur s’apprêtait à construire sa maison de rêve, il interrompit son projet et décida de revoir intégralement ses plans pour appliquer les standards de la maison passive à sa future demeure.

« Ma conjointe n’était pas d’accord au début, concède Keven. Mais aujourd’hui, elle ne reviendrait pas en arrière. La possibilité d’utiliser le soleil comme source de chaleur principale procure un confort inégalé. La maison est toujours à la même température. Il n’y a aucune convection sur le bord des fenêtres, même la nuit. Et l’insonorisation accrue confère un sentiment de sécurité. C’est très feutré », précise-t-il.

Le confort absolu à l’épreuve du temps

En plus de procurer un confort et une durabilité inégalés, les bâtiments passifs sont en moyenne 85 % plus performants énergétiquement que les maisons conventionnelles. Bien que leur cout soit de huit à quinze pour cent plus élevé qu’une maison construite selon le Code de la RBQ, le retour sur investissement est immédiat. Soulignons également que ces demeures sont conçues pour durer plus de 100 ans. Leur empreinte est donc réduite.

Nous pourrions nous demander pourquoi toutes les nouvelles demeures ne sont pas passives. Tout d’abord, il est nécessaire de travailler avec des concepteurs de maisons passives dès le début du projet afin de planifier rigoureusement chaque étape du processus. Viendra ensuite le choix du terrain ; une orientation plein sud est en effet déterminante.

Pour sa part, le design devra être adapté afin de s’assurer que le bâtiment rencontre le rendement requis, soit des besoins en chauffage inférieurs à 15 kWh/m²/an. À titre de comparaison, une maison construite selon le Code de construction de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) consomme 100 kWh/m²/an.

Des nouvelles de la toute première maison passive à Mont-Tremblant

En 2015, nous écrivions un article sur l’apparition de la toute première maison passive sur le territoire tremblantois. Une résidence ultra performante que l’on chauffe pour seulement 41 cents par jour en se basant sur le prix de vente de 8,60 ¢/kWh.

Jim Iredale était alors parvenu à livrer une maison presque dix fois plus étanche qu’une habitation répondant aux exigences Novoclimat 2.0 et démontrant une efficacité trois fois supérieure à ce qu’impose la norme des maisons passives dotées du label allemand Passivhaus. Ses propriétaires, Danièle St-Martin et Luc Bombardier ne cachent pas leur plaisir de vivre dans une telle demeure.

« C’est un environnement de vie on ne peut plus agréable, confient de concert Danièle et Luc. Il y fait toujours la même température. On s’y sent vraiment bien. Le seul problème est que les gens en visite ont tendance à rester plus longtemps que prévu, car eux aussi, ils s’y sentent vraiment bien », ajoutent-ils en riant.

 

landmarkpassivhaus.com

 

Plus du même auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Guillaume Vincent

 

Guillaume Vincent339 Posts

Rédacteur et journaliste de profession, Guillaume Vincent a fait ses armes au sein de l’agence QMI. Il s’est joint au Tremblant Express en 2014. Promu en 2017, il y assume depuis le rôle de rédacteur en chef et directeur de la publication. / A writer and photojournalist by profession, Guillaume Vincent won his stripes in the QMI agency. He joined Tremblant Express in 2014. Promoted in 2017, he has been editor-in-chief and co-publisher since then.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password