Trinquer à la faveur des jours qui rallongent

© AdobeStock
SAQ 11377225 | 19,40 $

Parès Baltà Calcari Xarel-Lo 2020

Joan et son frère Josep appartiennent à la troisième génération de la famille Cuisiné. Ils portent le flambeau du vignoble Parès Baltà depuis début 2000, et en viticulture biologique et biodynamique à partir de 2011.

Pour couronner le tout, les deux frères font équipe avec leur épouse respective : Maria Elena et Marta. Toutes deux œnologues, elles sont chargées d’innover tout en respectant les concepts de vinification élaborés par les générations précédentes.

Vin blanc au reflet doré, le Calcari est un 100 % Xarel-Lo très généreux à l’olfactif. Un nez qui fait écho à la poire et au citron confit et à la cire d’abeille, et aussi de roche mouillée. Ce qui, en bouche, se traduit en puissance, finesse et minéralité.

L’élevage sur lies permet à ce blanc du Penedes une bonne persistance au final, assez pour se frotter aux langoustines beurre citron, voire même à l’ail.

SAQ 10675001 | 20,80 $

.

Domaine Cosse Maisonneuve Le Combal Cahors 2017

En 1999, le jeune couple d’œnologues, Catherine Maisonneuve et Mathieu Cosse, acquiert cinq hectares de vigne en Cahors. Surdoués de la vigne et du terroir desquels ils s’inspirent, Mathieu et Catherine font mouche dès leur premier millésime et ils deviendront la référence du renouveau de l’appellation.

Près de 23 années plus tard, ce sont 28 hectares de vignes, majoritairement malbec, qui sont conduits par le duo Cosse-Maisonneuve avec le respect intégral de la biodynamie. Le Combal du domaine millésimé 2017 est d’autant plus surprenant qu’il a vécu une année particulièrement difficile.

À la couleur pourpre profonde et brillante, s’ajoutent des arômes très mûrs de cassis et de prune ainsi qu’une touche réglissée et boisée. Il bénéficie d’une stature gaillarde habillée d’élégance et étonnamment digeste.

Joignez-y un hamburger de canard confit, oignon rouge confit et kénogami.

SAQ 907477 | 24,30 $

.

Allegrini Palazzo della Torre Veronese 2018

Quand je pense « ripasso », je pense réconfort. C’est probablement dû à cette sensation de richesse et de velouté qui tapisse le palais. En Vénétie, les températures de fin de saison sont cruciales pour obtenir des raisins à pleine maturité, gorgés de sucre.

Une première partie sera cueillie fin septembre. Quant aux passerillés (raisins séchés concentrés en sucre) — lesquels sont garants du résultat recherché pour élaborer le style Palazzo della Torre de la famille Allegrini — ils ne seront ramassés qu’en décembre. Ça sent l’opulence à plein nez, un bouquet de fruits rouges et bleus confiturés, des arômes fumés et épicés, et des tanins veloutés.

Somme toute dans l’équilibre et idéal pour trinquer à la faveur des jours qui rallongent.

 

Plus du même auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Franck Lizotte

 

Franck Lizotte40 Posts

Vulgarisateur vitivinicole/Wine world simplifier

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password