Transformez votre cour en habitat pour la faune

Ces 40 dernières années, les populations animales ont chuté de 60 % à l’échelle mondiale en raison de la destruction des habitats naturels, la pollution par les pesticides, et la surexploitation des ressources naturelles.

Au Canada, on ne voit plus d’hirondelles autrefois si communes, les chauves-souris sont en voie de disparition, grenouilles et crapauds se font rares et les insectes pollinisateurs sont en péril. Même les vers de terre semblent avoir déserté nos pelouses. Que peut-on faire pour favoriser leur retour?

Tout être vivant a besoin d’un environnement sain pour se nourrir, s’abriter et se reproduire. Voici comment transformer votre cour en habitat propice à la petite faune.

D’abord, décontaminez le sol en cessant d’utiliser engrais et herbicides chimiques. Un compost de bonne qualité remplace avantageusement les engrais toxiques et la destruction des mauvaises herbes peut se faire mécaniquement.

Songez à remplacer une pelouse monotone par une riche mosaïque de plantes couvre-sol. Les vers de terre repeupleront votre jardin et aéreront le sol naturellement.

Offrez de l’eau et un menu varié. Bain d’oiseau, fontaine, bassin attirent les petits animaux. Évitez l’eau stagnante qui favorise l’éclosion des moustiques. En plantant des arbres à fruits, des fleurs sauvages et des graminées, vous attirerez tout un cortège d’insectes utiles, abeilles, bourdons et papillons, qui égaieront votre parterre et polliniseront votre potager.

Ces butineurs attireront à leur suite les oiseaux insectivores, moucherolles, hirondelles ou parulines. Prévoyez des végétaux qui fleurissent tout l’été pour que vos invités ne manquent de rien. L’automne venu, graines, petits fruits et noix alimenteront les becs fins. En hiver, des mangeoires compléteront le menu.

Enfin, aménagez des abris. Une haie de conifères sert de gîte en toutes saisons. Hirondelles, troglodytes, merles, pics, nyctales nicheront chez vous si vous leur offrez un nichoir approprié. Un dortoir à chauve-souris vous assurera de la présence d’un chasse-moustique efficace.

Des cavités couvertes de pierres et des assemblages de rondins percés de trous permettront l’hivernage des couleuvres et des pollinisateurs. Encouragez la microfaune du sol en évitant de ramasser toutes les feuilles mortes. Très vite, votre cour se transformera en petit paradis.

Visitez l’Animalium, le musée zoologique de Mont-Tremblant, pour découvrir les animaux les plus spectaculaires d’ici et d’ailleurs. On vous y attend.

 

Du même auteur : Laissons vivre les araignées (Cliquez sur l’image)

 

Jacques Prescott87 Posts

Jacques Prescott est biologiste, professeur associé à la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi et co-fondateur de l’Animalium, le musée zoologique de Mont-Tremblant. Spécialiste de la biodiversité et du développement durable, il est l’auteur de nombreux livres et articles sur la faune et la conservation de la nature. Il nous fait l’honneur de rejoindre notre équipe de collaborateurs et signera chaque mois une chronique intitulée Faune et flore. / Jacques Prescott is a biologist, associate professor with the Chair in Eco-Counselling of the Université du Québec à Chicoutimi, and co-founder of Animalium, the zoological museum of Mont-Tremblant. A specialist in biodiversity and sustainable development, he is the author of numerous books and articles about wildlife and nature conservation. He has honoured us by joining our team of contributors and will write a monthly column entitled Wildlife and Habitat.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password