Soif de réconfort

©AdobeStock

L’exercice qui consiste à sélectionner une bouteille de vin peut être simple quand on est en mesure d’identifier les cépages que l’on chérit ou de fidéliser nos appellations fétiches. Avoir des références, c’est rassurant. Du coup, voilà qu’arrivent tous azimuts d’anciennes variétés de vignes indigènes, méconnues pour la plupart qui s’ajoutent et transforment le paysage reconnaissable des cépages Vitis vinifera.

L’importante introduction de ces variétés autochtones sur le marché s’explique par leur adaptation et leur résistance aux changements climatiques. Ces phénix d’une nouvelle ère vitivinicole se démarquent par leurs profils aromatiques bien définis et ont un potentiel plus que certain dans l’harmonie vins et mets. Bref, de nouvelles recrues dans la ligue des accords gastronomiques.

Le Xarel-lo du Domaine Albet i Noya fait partie de ces cépages qui ont le vent en poupe. Cultivé intégralement en agriculture biologique, ce blanc monocépage a construit sa charpente dans des futs d’acacia. Des arômes de poires mûres, une bouche moyennement grasse assez sexy dotée d’une fraicheur agréablement surprenante. Il y a de quoi plaire à la chair tendre d’un saumon BBQ à la Thaï autant qu’au crab-cake d’un sympathique 5 à 7… je vote pour les deux !

Soif de réconfort… désir des plus légitime par les temps qui courent

Que ce soit avec des Gnocchis sautés basilic tomate, une bavette à l’échalote au beurre noir ou plus simplement, un classique osso buco à la milanaise, se faire plaisir s’avère être une priorité ! Composé uniquement du cépage Nebiolo, le barbaresco 2017 de Villadoria fera bonne impression sur les “confort-food” de saison.

Ses effluves floraux, sa bouche ample, ses arômes de cerise noire, la présence de tannins dodus qui se vautrent dans l’élégance d’un fruit à point, bien mûr, mais surtout, et j’insiste, sur une subtile fraicheur qui soutient la beauté de ce fruit qui se déploie sur une finale, ma foi, délicieuse. La talentueuse Paola, fière relève de la famille Lanzavecchia, nous offre ce noble flacon sous la barre des trente dollars.

L’opportunité de faire une réserve de réconfort !

Les bulles sont à décembre ce que la neige est à Tremblant… Magiques !

L’appellation Champagne est sans contredit la plus convoitée pendant cette période.

Celle-ci n’échappe pas à la nouvelle génération de vignerons qui revampent les traditions et font parler le terroir le plus naturellement possible.

« Pas d’affinage, pas de filtration, pas de “bullshit” ! », slogan prôné par Aurélien Gerbais, 4e génération de la famille Gerbais en Champagne.

La cuvée Grains de Celles du domaine Gerbais est l’exemple d’un champagne tout ce qu’il y a de nature. Levures naturelles, vinification dans des cuves d’acier inoxydable, repos de 36 mois sur lattes, sans dosage et sans SO2 ajouté.

De suite, l’effervescence d’un charme distingué se joint à une bouche croquante qui rappelle le nashi (poire asiatique). C’est sec, c’est droit, c’est 100 % Côte des Bar et impeccablement nature. Avoir quelques huitres lime, poivre, aneth à porter de flute est un must.

 

Plus de cet auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Franck Lizotte

 

1 Comment

  • Denis tremblay Reply

    février 27, 2021 at 8:19

    Salut Monsieur Franck …je t ai retrouver ..pas rapport au vin ….mais rapport a M0M ..j avais été au franco et j’ai jaser avec toi et François..j’étais devant la scene et revu après dans l’est de Montréal pour un show bénéfice.ou y avait pratiquement personne ….je m avais assis avec toi et Paule Magnan .
    ..jt oublie pas man ….si desfois ..je suis sur instagram..denislejohannais..viens jaser.

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password