Ski de fond : guide d’achat

©ValentineLeclerc-Anderson

Pour s’équiper en ski de fond, par où commencer ? Premier conseil : ne tardez pas, les boutiques ont encore du mal à s’approvisionner et vous risquez de ne pas trouver tous les modèles ou toutes les pointures.

Déterminer d’abord votre intérêt : fond, patin, hors-piste

Votre pratique sera-t-elle contemplative, récréative, sportive ou compétitive ? Combien de fois par semaine sortirez-vous, sur quelle distance et quel genre de terrain : poudreuse, sentiers tracés plats ou pistes vallonnées et montagneuses.

Vincent Janelle, directeur adjoint, nous accueille au Sports Experts Mont-Tremblant. « Nous n’offrons que des skis de randonnée sans fartage puisque cela répond à plus de 85 % de la demande. Le fartage est plus performant certes, mais la plupart des gens recherchent une pratique sans soucis. »

Ski de fond : anatomie 101

Un ski de fond est construit avec une courbure appelée cambrure. À plat au sol, le ski repose uniquement sur la spatule (avant) et le talon (arrière). Lorsque votre poids est également réparti sur les deux skis, la cambrure n’est pas complètement aplatie et vous glissez sur l’avant et l’arrière du ski. Pour donner une poussée et avancer, il faut transporter tout votre poids sur un seul ski pour écraser la cambrure et vous propulser vers l’avant sur l’autre ski, comme avec une trottinette.

Voilà pourquoi il faut bien choisir son ski en fonction de son poids et de sa technique. À éviter : cambrure trop flexible, ski trop court (ou trop vieux), poussée correcte, mais pas de glisse ; cambrure trop rigide, ski trop long, pas de poussée. Pour vous aider, les fabricants indiquent sur chaque paire le poids approprié du skieur.

Exemple : de 70 à 74 kg. En comparant les modèles et les marques, si vous avez le choix entre deux ou trois paires, « prenez celle du milieu, conseille Vincent. C’est toujours un compromis. Optez pour la plus courte si vous voulez un meilleur contrôle ; la plus longue vous donnera une meilleure glisse. »

Un ski court offre un meilleur contrôle et moins de glisse. Pour une pratique plus sportive où la glisse compte, choisissez un ski plus long, même s’il faudra un peu de temps et d’apprentissage technique pour apprivoiser la cambrure. L’inconfort du début devrait s’estomper.

Les skis à écailles ou à peaux sont bien plus performants aujourd’hui qu’autrefois, avec un avantage de glisse pour les peaux. Peu d’entretien est requis, soit l’application régulière d’une solution de silicone pour éviter le glaçage des peaux, et un peu de fart de glisse aux extrémités avant une sortie. Il est facile de remplacer en boutique les peaux usées, mais sachez que vous pouvez skier 1 200 km avant d’en arriver là !

Bottes et bâtons

La plupart des marques offrent les skis avec une fixation Prolink ; si vous voulez conserver d’anciennes bottes, apportez-les pour vérifier la comptabilité. Pour les bottes, la clé est le confort et votre niveau de résistance au froid. Vous trouverez des modèles isolés, imperméables, avec des lacets camouflés. Les bottes peuvent être souples ou rigides et offrir ou non un support à la cheville. Conseil de Vincent : « essayez plusieurs marques avec un bas plus épais, et évitez les modèles combo pour le classique et le patin. »

Les bâtons sont généralement choisis à hauteur d’épaule ou un peu moins pour le classique (0,83 x votre taille), au nez pour le patin. Vérifier le confort de la poignée et de la dragonne, et le poids entre le métal, le composite et la fibre de carbone.

Enfants

On les initie à compter de 6 ans ou plus tôt s’ils ont le tonus pour se relever seuls. Un ensemble avec ski à écaille fait l’affaire au début. Envisagez la vente-échange ou la location. Vers 10 ans, s’ils sont sportifs et s’intéressent à la compétition, prenez des skis à farter.

Les prix : skis, chaussures et bâtons

De 350 $ à 750 $ et plus pour adulte. Environ 300 $ pour un ensemble enfant.

 

Plus du même auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Daniel Gauvreau

 

Daniel Gauvreau50 Posts

Récréologue et journaliste de formation, tour à tour organisateur, formateur, consultant, chroniqueur et traducteur dans le milieu du plein air, Daniel Gauvreau est passionné d’activité physique en extérieur. De retour d’un périple au Québec et en France, il a choisi les Hautes-Laurentides pour satisfaire son amour de la nature. Semi-retraité, moniteur de ski de fond à SFMT, son expérience profite désormais aux lecteurs de Tremblant Express. Recreation professional and journalist by education, organizer, trainer, consultant, columnist and translator about the outdoors by experience, Daniel Gavreau is passionate about physical activity outside. Following a trip through Québec and France, he chose the Hautes-Laurentides as the place to satisfy his love of nature. Semi-retired and teaching cross-country skiing with SFMT, he now offers his experience to Tremblant Express readers.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password