Sirops locaux

©AdobeStock

Qui dit printemps dit temps des sucres ! Malgré la crise actuelle, qui modifie notre expérience de la cabane à sucre, il est toujours possible d’encourager nos producteurs locaux en s’approvisionnant en produits de l’érable pour les cuisiner à la maison. Le sirop d’érable est très populaire, mais connaissez-vous le sirop de bouleau ?

Voici un aperçu de leurs propriétés respectives.

Le sirop d’érable

Celui-ci se singularise par sa teneur en précieux antioxydants dont 67 types de polyphénols (dont le Quebecol qui lui est propre). Il est aussi considéré comme une source de calcium, une bonne source de cuivre et une excellente source de riboflavine (B2) et de manganèse.

Le sirop de bouleau

Pénalisé par un rendement modeste, il est plus difficile à produire que le sirop d’érable (il faut quatre fois plus de sève pour produire une quantité égale de sirop). Le sirop de bouleau se fait rare en épicerie et se retrouve plutôt chez les producteurs ou en épicerie fine. Il est évidemment plus dispendieux que le sirop d’érable.

Il s’agit donc d’un sirop à utiliser avec parcimonie et principalement destiné à la fine gastronomie. Son goût change au fil de la saison de récolte évoluant d’une saveur qui s’apparente à celle du miel à des notes plus riches de mélasse, d’anis et de café. Tout comme le sirop d’érable, il contient des vitamines et minéraux, et il est particulièrement très riche en manganèse et thiamine (B1).

Bien évidemment, ces sirops purs à 100 % ne recèlent ni colorants ni arôme artificiel. Il s’agit d’agents sucrants plus nutritifs, en comparaison au sucre blanc ou à la cassonade par exemple. Mais du sirop, bien qu’il soit naturel et local, ça reste du sucre !

Or l’Organisme mondial de la Santé (OMS) recommande un apport modéré en sucre ajouté qui ne doit pas dépasser 10% de nos besoins énergétiques quotidiens. Ceci correspond à 50g de sucre (un peu plus de 2 cuillères à soupe de sirop) pour un apport moyen de 2000 calories par jour !

Vous avez besoin d’un coup de pouce pour optimiser votre alimentation ? N’hésitez pas à me contacter via la Clinique Mouvement Optimal : 819 425-8889.

 

Plus de cette auteure ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Ariane Lavigne

 

Ariane Lavigne34 Posts

Titulaire d'un baccalauréat en nutrition de l'Université de Montréal, Ariane est nutritionniste depuis 2008. Voulant approfondir ses connaissances sur la performance athlétique, elle a obtenu un diplôme de spécialisation en nutrition sportive avec le Comité International Olympique (CIO). Elle est aujourd'hui nutritionniste du sport chez Vivaï et à la Clinique Mouvement Optimal de Mont-Tremblant. Toujours en quête de dépassement, elle combine sa profession à sa grande passion : le snowboard alpin. Elle connaît la réalité des sports élites, ayant été elle-même une athlète membre de l'Équipe Nationale de Snowboard et Olympienne des Jeux Olympiques de Sotchi en 2014. Ariane has a bachelor’s degree in nutrition from the University of Montreal and has been a nutritionist since 2008. Wanting to expand her knowledge of athletic performance, she obtained a diploma specialized in sports nutrition from the International Olympic Committee (IOC). She serves at Clinique Mouvement Optimal de Mont-Tremblant as well as Vivaï as sports nutritionist. Always in search of personal and professional advancement, she combines her profession with her greatest passion: alpine snowboarding. She understands the realities of elite sports, having been a member of the Canadian National Snowboard Team who participated in the 2014 Olympic Games in Sochi.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password