Parc à neige Mitik

Jeune skieuse sur le parc à neige Mitik

Un nouveau parc à neige est né

Il n’est pas usuel que le mot démocratie et la locution station de ski se côtoient dans le même énoncé, mais c’est précisément l’idée maîtresse du Mitik; un nouveau parc à neige installé cette saison sur le versant nord du Mont-Tremblant.

« Nous avons voulu démocratiser l’utilisation du parc à neige pour le rendre à la fois intéressant et accessible aux utilisateurs de 3 à 83 ans », explique son concepteur Simon Busque, planche à neige aux pieds, glissant entre les modules du Mitik.

Simon Busque dirige une équipe de dix personnes exclusivement dédiées aux parcs à neige de la station de glisse, sans compter les dameurs. Ils entretiennent en continu les trois parcs de la montagne et refont complètement les modules aux quatre à six semaines.

Le nouveau parc remplace l’ancien Évolution, jugé trop court et mal situé, que l’on pouvait apercevoir dans la piste Rope Tow, sous la remontée Lowell Thomas. « Nous avions un parc un peu trop court de neuf petits modules destinés aux apprentis et aux familles, mais qui débouchait sur des pistes noires ou bleus. Ce n’était pas l’idéal », confirme Simon Busque.

Le Mitik fait presque deux kilomètres et emprunte les pistes Sissy Schuss Haut et Bas. Il est composé de plus de 25 modules de petites et moyennes tailles, de rouleaux, de sauts et d’un parcours profilé de type ski-ridercross.

Près de 1300 personnes à l’heure

Le Mitik, le petit frère du vertigineux parc Adrénaline et du plus modéré Progression, sur le versant sud, débute un peu plus bas que l’arrivée de la remontée Expo. Il part sur une série de virages profilés inclinés, question de se mettre dans l’ambiance.

S’enchaînent quelques rouleaux, puis de petits modules de type boîte (box) où nous avons rencontré le planchiste Nathan Kidd, un Britannique de passage à Tremblant pour une semaine.

« Je viens ici depuis quelques années et ce parc est vraiment mieux que le précédent », souligne-t-il. En ce lendemain de pluie et de regel, Nathan avait l’intention de passer toute la journée dans le Mitik.

Il n’était manifestement par le seul puisque bon nombre d’adeptes de tout âge glissaient au même moment dans la Sissy Schuss. « Au cours des bonnes journées, le parc a un achalandage moyen de 1300 personnes à l’heure. Ça le place tout en haut des secteurs les plus fréquentés de la station », fait valoir Simon.

Le Mitik continue avec une deuxième section de rouleaux où la station a ajouté 20 canons à neige. Il se termine par une succession de boîtes et de sauts. Il rejoint la Beauchemin Bas, qui mène ensuite aux remontées Expo et Duncan.

Croisé dans la section des sauts, Geoffroy Dubreuil accompagnait des skieurs freeridersqu’il entraîne à l’école Curé-Mercure, à Mont-Tremblant.

« Quelle belle amélioration », a-t-il répondu lorsque nous lui avons demandé son appréciation du Mitik. « Sa longueur permet aux jeunes de faire pas mal plus de millage qu’avant et de s’améliorer beaucoup plus rapidement. Même les ridersplus aguerris aiment bien venir s’entraîner ici », soutient-il.

Alain Bisson47 Posts

Journaliste depuis plus de 30 ans, Alain Bisson a débuté sa carrière au Journal de Montréal à titre de journaliste à l'économie. Au cours des dernières années, Alain fut également directeur du pupitre et directeur des contenus week-end à La Presse. / A journalist for more than 30 years, Alain Bisson began his career at the Journal de Montreal as a journalist covering economics. In recent years, Alain was also weekend content director and bureau chief for La Presse.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password