Mériter chaque descente

© Tremblant

La randonnée alpine est en plein essor dans les Laurentides. De plus en plus d’adeptes choisissent de monter « en peaux » au lieu d’utiliser les télésièges. Certains les trouvent fous alors qu’ils se considèrent privilégiés de se maintenir au chaud et d’éviter les files d’attente. Nul doute qu’après l’effort requis pour atteindre le sommet, chaque descente est bien méritée.

Plusieurs termes, quasi synonymes, réfèrent à cette activité hivernale: ski de rando, ski de haute route, touring, skimo, split board, hors-piste, etc. Les traditionnelles peaux de phoque sont de nos jours remplacées par des peaux synthétiques qui adhèrent bien à la neige lors de l’ascension.

Pour la descente, que ce soit en ski alpin, en télémark ou en planche à neige, on enlève les peaux, on replace les fixations, on resserre les bottes et on s’habille plus chaudement. L’équipement technique varie selon l’utilisation voulue, le type de terrain et la préférence entre une ascension plus légère ou une descente plus performante.

Un festival rassembleur

© Tremblant

Une belle occasion de s’initier à la randonnée alpine est de participer au Festival Rando Alpine Tremblant présenté par Smartwool qui en sera à sa 6e édition du 7 au 9 février prochain.

La programmation diversifiée propose plusieurs sorties guidées. En plus d’y trouver de judicieux conseils, on peut y rencontrer de nouveaux partenaires de plein air. Il est possible de louer de l’équipement sur place, notamment au Centre Aventure qui offre ce service pendant toute la saison.

Les mordus y étanchent aussi leur soif d’aventure avec des randonnées en forêt plus ardues ou des sorties à vélo de montagne d’hiver (fatbike). Un des moments magiques du Festival Rando Alpine Tremblant est la randonnée nocturne et son souper fondue au Versant Nord.

À noter que l’inscription au festival inclut la passe annuelle de rando alpine à Station Mont Tremblant, une contribution essentielle à l’entretien des sentiers et au service de patrouille.

Un nouveau défi

Les skieurs se tournent vers la randonnée alpine pour voir la montagne différemment, allonger la saison et se donner un nouveau défi, constate Samuel Saint-Germain, gérant chez Daniel Lachance Ski Service.

Cet entrepreneur a vu le marché se transformer. « Je vends des peaux de phoque depuis 15 ans, mais depuis 5 ans, ça a vraiment explosé », remarque-t-il, soulignant du même souffle que les ventes et les locations de skis de randonnée et de split boards ont augmenté alors que les télémarks et les raquettes sont moins en demande.

Bien que l’équipement de ski touring reste plus dispendieux que le ski alpin, les produits deviennent de plus en plus abordables, surtout depuis que les grandes marques de ski se sont mises de la partie.

Un monde à découvrir

Une fois bien équipés, les randonneurs doivent bien planifier leur sortie. Il est évidemment plus sage de commencer sur des stations de ski, comme Tremblant ou Mont Blanc, où les pistes sont entretenues et où une soupe chaude n’est jamais bien loin. Quelques chanceux tirés au sort obtiendront leur accès annuel au mont Alta à Val-David, un ancien mont de ski converti en paradis du touring sur un dénivelé de 178 m.

Avant de s’aventurer en zone éloignée où il y aurait des risques d’avalanche, il est conseillé de suivre une formation en techniques alpines, comme celle dispensée par La Liberté Nord-Sud à la Montagne d’Argent.

Certains clubs, comme les Chèvres de Montagne et les Vieilles Po, organisent des randonnées exclusives aux femmes, souvent agrémentées de vin chaud ou d’un feu de camp. Plusieurs options s’offrent à vous. L’important est d’être bien accompagnés, de rester au sec et de bien s’amuser sur la montagne!

Tremblant.ca

 

Plus de cette auteure ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Geneviève Huchette

 

Geneviève Huchette51 Posts

Geneviève Huchette a grandi à Montréal et a complété un baccalauréat en agronomie à McGill. Après ses études et quelques voyages, elle a atterri à Mont-Tremblant en 2008, d'abord pour un emploi sur une ferme biologique. Alors qu'elle continue de jardiner pour le plaisir, Geneviève travaille actuellement dans les domaines du yoga, de la vente au détail et de la rédaction. Dans ses temps libres, elle adore les sports en montagne, les jeux de société et jouer de la musique. Geneviève Huchette grew up in Montreal and completed a bachelor degree in Environmental and Agricultural Sciences at McGill University. After years of studying and travelling, she landed in Mont Tremblant in 2008, first to work on an organic farm. Although she still enjoys gardening for fun, Genevieve presently works in various domains: yoga, retail and writing. In her leisure time, she likes mountain sports, board games and playing music.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password