Mélanie Turgeon : Des succès d’hier à ceux d’aujourd’hui

Mélanie Turgeon. ©Courtoisie

Véritable icône du ski alpin canadien dans les années 90 et 2000, Mélanie Turgeon a dû « reconstruire son coffre à outils », comme elle le dit si joliment. Elle est aujourd’hui directrice de projets pour l’entreprise de construction et de rénovation MNad. Nous avons discuté avec cette championne du monde au palmarès impressionnant au sujet d’un anniversaire bien spécial qui a lieu ce mois-ci.

Le 13 janvier de cette année marque en effet le 20e anniversaire d’une journée mémorable dans la carrière de Mélanie Turgeon. À cette date, en 2001, lors des épreuves de la Coupe du monde à Haus im Ennstal, en Autriche, elle remportait deux médailles dans la même journée – une de bronze en descente le matin puis une autre d’argent en super-G l’après-midi. Une première pour une skieuse canadienne.

« Un beau cadeau de la vie » – Mélanie Turgeon

« Les courses se sont enchainées très vite, explique Mélanie. Cette journée-là, je sentais que tout allait bien, mon ski était fluide, j’étais dans ma zone. J’aimais les conditions de neige, c’était très dur et glacé, précise-t-elle. Le tracé du parcours est différent d’une course à l’autre, mais la piste reste la même, et disons que ma performance du matin m’avait donné confiance. »

Mélanie a réalisé ce qui venait de se passer une fois le fil d’arrivée du super-G franchi. « Mon Dieu ! », s’est-elle alors exclamée avant de courir vers un téléphone pour appeler ses proches restés au Québec. « Je ne m’y attendais vraiment pas », explique-t-elle. « C’était juste wow ! Je devais à tout prix leur dire que j’étais encore sur le podium ! Bien sûr, ils étaient partis se recoucher, car c’était la nuit ici et ils ne s’attendaient pas à ce que je décroche deux médailles dans la même journée. C’était vraiment un beau cadeau de la vie. »

Mélanie Turgeon. ©Trex

La consécration d’une jeune battante

Ce fameux 13 janvier ne fut pas le seul jour marquant dans le parcours professionnel de Mélanie. Sa victoire en Championnat du monde de Saint-Moritz, en 2003, fut réellement la consécration de sa carrière.

Elle fut également précédée, trois ans auparavant, par sa première victoire en Coupe du monde à Innsbruck.

« Innsbruck, c’est aussi en Autriche, souligne-t-elle. Je dirais qu’à l’époque, j’affectionnais particulièrement l’idée de battre les Autrichiens sur leur propre terrain. »

Une retraite à Mont-Tremblant

Originaire d’Alma, c’est à Mont-Tremblant que Mélanie déposa ses valises afin d’écrire les nouvelles pages de sa vie. Rappelons que le 6 octobre 2005, elle annonça qu’elle prenait sa retraite de skieuse professionnelle.

Cette décision fut notamment motivée en raison d’une blessure au dos survenue en novembre 2003. « J’aurais souhaité continuer quelques années afin de profiter de mon expérience en compétition, confie-t-elle. Car cette expérience si précieuse s’acquiert durement. »

Venue rejoindre son frère Sébastien et son père Ronald, Mélanie a trouvé à Mont- Tremblant un nouveau foyer où l’accès à la nature, au vélo et au ski lui aura permis le ressourcement nécessaire à un nouveau départ.

« Tout est accessible ici, c’est vraiment agréable de vivre et de respirer de l’air frais. Pour moi, faire de la randonnée en forêt avec mon chien est ce qu’il y a de plus ressourçant. Je continue aussi de skier, peut-être pas autant que mon père qui doit enfiler 72 jours par saison, mais je continue de skier pour le plaisir. Ce sont de belles journées, bien que l’intensité soit vraiment différente de ce à quoi j’étais habituée. »

Les nouvelles victoires de Mélanie

Directrice de projet dans l’entreprise de construction de son conjoint Martin Nadeau (MNad), Mélanie applique dans sa nouvelle profession toutes les qualités acquises grâce au sport. Selon elle, le sport contribue au développement de certaines qualités et habiletés qui aident à affronter la vie.

« On apprend à établir des objectifs, à composer avec le stress, la pression, à aller de l’avant, à prendre du recul, etc. Je souhaite apporter ces valeurs dans mon travail. Je m’implique énormément et je prends les projets très à cœur. Quand on termine un projet, ça vient avec la fierté du travail bien fait. Exactement comme lorsque je franchissais la ligne d’arrivée avec la certitude que j’avais fait de mon mieux, la fierté d’avoir donné tout ce que j’avais à ce moment précis », conclut-elle.

 

Guillaume Vincent249 Posts

Rédacteur et journaliste de profession, Guillaume Vincent a fait ses armes au sein de l’agence QMI. Il s’est joint au Tremblant Express en 2014. Promu en 2017, il y assume depuis le rôle de rédacteur en chef et directeur de la publication. / A writer and photojournalist by profession, Guillaume Vincent won his stripes in the QMI agency. He joined Tremblant Express in 2014. Promoted in 2017, he has been editor-in-chief and co-publisher since then.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password