L’esprit d’équipe de la bernache du Canada

©AdobeStock

En 1995, lors de la conférence de Jakarta, les pays signataires de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique choisissaient Montréal comme siège du secrétariat de cette importante convention. À la suite de ce succès diplomatique, Environnement Canada décernait aux membres de la délégation canadienne le prix « Canada Goose » pour souligner le résultat de notre travail d’équipe.

La bernache du Canada doit en effet le succès de sa survie à la coopération et à l’entraide. En voici quelques exemples. Au printemps et à l’automne, lors des grands rassemblements migratoires, et même durant l’été et en hiver, les bernaches se réunissent souvent dans les champs ou les parterres pour se nourrir.

©AdobeStock

Typiquement, quelques individus gardent la tête haute et surveillent les alentours pendant que leurs congénères s’alimentent. Ces sentinelles attentives poussent des cris stridents à la moindre alerte. Pendant la couvaison et l’élevage des oisillons, les parents jouent tour à tour ce rôle de surveillant pendant que l’autre se repose, s’alimente ou couve les œufs.

Suivant la naissance des petits, les parents et les oisillons de plusieurs couvées s’assemblent et forment des crèches (un tel phénomène est aussi observé chez d’autres oiseaux comme le dindon sauvage ou l’eider à duvet). La surveillance des jeunes et leur initiation à la recherche de nourriture sont ainsi partagées par l’ensemble des parents concernés.

C’est au moment des grandes migrations que le travail d’équipe des bernaches est le plus spectaculaire. Ces oiseaux volent en formation l’un derrière l’autre, formant d’immenses V caractéristiques. Les oiseaux les plus en forme prennent tour à tour la tête du peloton, les autres suivent dans leur sillon, économisant leur énergie.

Les bernaches peuvent ainsi voler à une vitesse moyenne de 50 à 65 km/h et franchir plus de 2 400 km en une seule journée. Comme les bernaches, les cyclistes ont bien compris l’avantage de rouler en peloton.

Prenons exemple de la bernache du Canada pour valoriser l’esprit d’équipe. Ne dit-on pas : « Seul on peut peut-être aller plus vite, mais ensemble on va plus loin ». animalium.ca

 

Du même auteur : Élégantes belettes (cliquez sur l’image)

 

Jacques Prescott81 Posts

Jacques Prescott est biologiste, professeur associé à la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi et co-fondateur de l’Animalium, le musée zoologique de Mont-Tremblant. Spécialiste de la biodiversité et du développement durable, il est l’auteur de nombreux livres et articles sur la faune et la conservation de la nature. Il nous fait l’honneur de rejoindre notre équipe de collaborateurs et signera chaque mois une chronique intitulée Faune et flore. / Jacques Prescott is a biologist, associate professor with the Chair in Eco-Counselling of the Université du Québec à Chicoutimi, and co-founder of Animalium, the zoological museum of Mont-Tremblant. A specialist in biodiversity and sustainable development, he is the author of numerous books and articles about wildlife and nature conservation. He has honoured us by joining our team of contributors and will write a monthly column entitled Wildlife and Habitat.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password