L’écureuil gris au fil des saisons

© AdobeStock

Dans l’est de l’Amérique du Nord, de la Floride jusqu’aux Basses-Laurentides, l’écureuil gris est un résident bien connu des boisés de feuillus, forêts mixtes, parcs  urbains et jardins de banlieue. La plupart des écureuils gris ont un pelage argenté teinté de brun. Certains sont de couleur cannelle, d’autres peuvent être blancs en tout ou en partie en raison d’un déficit de la pigmentation des poils.

Dans le nord de sa répartition géographique, l’écureuil noir, variété mélanique de l’espèce, est particulièrement abondant. Le pelage foncé ayant la propriété d’absorber plus facilement la chaleur du soleil, les écureuils noirs seraient avantagés par rapport aux individus au pelage plus pâle et survivraient mieux à l’hiver.

Le passage des saisons façonne le mode de vie de l’écureuil. Durant l’été, les nouveau-nés découvrent leur nouvel environnement et jouent ensemble sous l’œil attentif de leur mère. Elle n’hésite pas à déménager ses petits dans un autre abri si le nid maternel est dérangé. Les adultes sillonnent les parterres et la futaie à la recherche de graines, fleurs, insectes ou champignons et pillent parfois les nids d’oiseaux.

Ils se prélassent au soleil, nettoient leur fourrure et prennent des bains de fourmis, creusant une fourmilière et se laissant mordre par les insectes. L’acide formique sécrété par les fourmis serait efficace contre les acariens qui infestent leur pelage.

L’automne venu, notre rongeur dépouille les arbres de leurs fruits et dissimule ce qu’il trouve de glands et de noix en  prévision de la saison froide. Il dépose un seul aliment par cache. S’il est observé par un congénère, il peut faire semblant d’enfouir son butin et le cacher un peu plus loin. Il retrouve la plupart de ses cachettes grâce à son odorat et sa mémoire spatiale.

Actif tout l’hiver, l’écureuil gris reste à l’abri les jours de grands froids. Aux premiers signes du printemps, les mâles courtisent les femelles qui donneront naissance un mois et demi plus tard à deux ou trois petits. On les verra hors du nid quelques semaines après.

Découvrez la faune de la forêt tempérée lors d’une visite de l’Animalium, musée zoologique à Mont-Tremblant.

 

Du même auteur : L’impressionnant urubu à tête rouge (Cliquez sur l’image)

 

Jacques Prescott65 Posts

Jacques Prescott est biologiste, professeur associé à la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi et co-fondateur de l’Animalium, le musée zoologique de Mont-Tremblant. Spécialiste de la biodiversité et du développement durable, il est l’auteur de nombreux livres et articles sur la faune et la conservation de la nature. Il nous fait l’honneur de rejoindre notre équipe de collaborateurs et signera chaque mois une chronique intitulée Faune et flore. / Jacques Prescott is a biologist, associate professor with the Chair in Eco-Counselling of the Université du Québec à Chicoutimi, and co-founder of Animalium, the zoological museum of Mont-Tremblant. A specialist in biodiversity and sustainable development, he is the author of numerous books and articles about wildlife and nature conservation. He has honoured us by joining our team of contributors and will write a monthly column entitled Wildlife and Habitat.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password