Le ski en mode sanitaire

©Courtoisie

Que nous réserve cette saison de ski ? Elle sera fort probablement marquée par un déploiement de mesures sanitaires jamais égalées à ce jour. Cependant, s’il existe un sport que l’on peut pratiquer en toute sécurité en pleine épidémie, je miserais sur le ski. On ne s’en cache pas, nous nous apprêtons à vivre un hiver particulier.

J’ai eu la chance d’aller skier dans les Rocheuses avec ma « gang » cet automne. Les mesures adoptées, notamment à Lake Louise, au mont Norquay et à Nakiska ne nous ont aucunement empêchés d’avoir du plaisir. Il faut dire que pour un mois d’octobre, nous n’avons pas manqué de neige.

Côté restrictions, il n’y avait pas tant de différences notables, mis à part le port obligatoire du masque dans les files d’attente et dans les remontées mécaniques. Sinon, sur les pistes, c’était super. J’ai d’ailleurs de la difficulté à imaginer comment on pourrait attraper ce virus dehors, le vent dans le visage, lui-même recouvert de lunettes et d’une cagoule.

Ceci dit, une fois à l’intérieur, les mesures sanitaires étaient plus nombreuses. Dans les billetteries, le nombre d’interactions a grandement été diminué étant donné que l’on devait commander notre billet de ski à l’avance. À l’heure du lunch, à Lake Louise, on nous demandait de nous assoir à une table et de commander notre repas grâce à un code QR.

Le service aux tables était par la suite assuré par le personnel de façon professionnelle. J’ai trouvé que c’était très bien pensé et ça permettait d’éviter la congestion dans la cafétéria. Afin d’accommoder le plus de monde possible, nous n’avions que 45 minutes pour manger, ce qui est tout de même très raisonnable.

Erik et Logan Guay. ©Courtoisie

À Tremblant

Les gens ont envie d’être dehors et de bouger, ce qui est compréhensible vu les circonstances. Nous sommes au Québec. Il va faire froid, c’est inévitable.

Je suis convaincu que Tremblant a pensé à des solutions, même temporaires, qui nous permettront de nous réchauffer en toute sécurité.

On pourrait également s’attendre à un hiver plaisant avec une montagne moins achalandée que d’habitude, comme c’est normalement le cas les fins de semaine et durant les congés.

Compétitions et entrainement

À Nakiska, la station était réservée à l’entrainement durant la semaine et personnellement, j’ai trouvé que c’était super sécuritaire.

Les seuls moments où les différentes équipes interagissaient se passaient à l’extérieur et à une bonne distance. Côté course, ça risque d’être plus compliqué.

Je comprends qu’il puisse être difficile de s’assurer que les plus jeunes respectent en tous points les mesures du gouvernement qui leur demande de se tenir loin des gens. Ceci dit, il faut absolument garder les jeunes engagés dans le sport. Ceux qui sont inscrits en compétition ont besoin de rivaliser avec d’autres skieurs.

On ne veut pas les perdre et qu’ils décrochent au profit d’activités moins productives en termes de développement personnel. À Tremblant, le club de ski compte, selon moi, suffisamment de jeunes skieurs pour organiser des compétitions sans avoir à rencontrer d’autres clubs de ski.

Ça risque toutefois d’être plus compliqué pour les petites montagnes. À suivre…

Bonne saison ! Et profitez de chaque moment en ski pour faire le plein d’énergie positive !

 

Plus de cet auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

 

Erik Guay16 Posts

Détenteur de deux titres de champion du monde, Erik Guay est le skieur alpin canadien le plus décoré de l’histoire. / Holder of two World Champion titles, Erik Guay is Canada’s most successful alpine skier.

Une piste à la fois

Saison de courses

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password