La Ferme aux petits oignons devient une coop de solidarité

Le C.A. de la Coop, composé de : Véronique Bouchard, Arthur Préat, David Lanoue, Roxanne Chenel & Miriam Nicoll. ©Guillaume Vincent

La création de la Coop aux petits oignons a été célébrée le 1er février dernier. L’objectif de cette transformation est notamment d’assurer la pérennité de cette institution agricole tremblantoise en mobilisant la communauté locale autour d’un objectif commun : prendre soin et préserver notre garde-manger collectif.

Selon Véronique Bouchard, agronome et copropriétaire de la Ferme aux petits oignons, le taux de survie des entreprises collectives est beaucoup plus élevé que celui des entreprises privées dans le secteur agricole.

« Je me suis demandé ce qu’il arriverait si, du jour au lendemain, je tombais malade. En répartissant les responsabilités à travers les membres travailleurs et l’implication d’une collectivité de membres de soutien, l’entreprise devient moins vulnérable et peut continuer à remplir sa mission sur plusieurs générations. »

Par l’investissement de la communauté dans la coopérative, l’objectif est que la ferme appartienne de plus en plus à cette dernière et de moins en moins à la banque.

La transformation de cette entreprise agricole en coopérative de solidarité vise également à améliorer les conditions de travail qui sont parmi les moins attractives, tous secteurs confondus.

Le rêve de Véronique de développer un nouveau modèle agricole communautaire porteur d’espoir pour les générations futures, permettant à la fois d’atteindre un objectif de résilience alimentaire de nos régions, d’occupation dynamique du territoire et de valorisation de la profession agricole est donc en bonne voie de réalisation.

« Mon objectif a toujours été de nourrir la communauté et de permettre l’accès de nourriture biologique et locale au plus grand nombre, explique Véronique. Il s’agit avant tout d’une mission sociale et environnementale, car prendre soin de la terre et de sa communauté ne rime pas avec la réalisation de profits. Voilà pourquoi nous avons opté pour une coop de solidarité assimilable à un OBNL (ndlr : organisme à but non lucratif) », précise-t-elle.

Comment devenir membre ?

La part de qualification pour devenir membre de la coop est fixée à 1 000 $. Notons que les sommes investies par les membres durant la campagne de financement seront doublées par le fonds l’Ampli. Raison de plus pour s’impliquer d’ici la fin de cette campagne prévue pour la fin du mois de mai.

Bien entendu, il n’est pas nécessaire de devenir membre pour continuer de profiter des produits de la ferme. Si un membre de la communauté souhaite toutefois s’impliquer sans devenir membre, le bénévolat est une belle façon de contribuer concrètement à la mission de la coop.

Des séances d’information seront organisées au courant du mois de mars. Pour savoir où et quand, consultez la page auxpetitsoignons.bio/notre-ferme/ cooperative-de-solidarite

 

Plus du même auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Guillaume Vincent

 

Guillaume Vincent432 Posts

Rédacteur et journaliste de profession, Guillaume Vincent a fait ses armes au sein de l’agence QMI. Il s’est joint au Tremblant Express en 2014. Promu en 2017, il y assume depuis le rôle de rédacteur en chef et directeur de la publication. / A writer and photojournalist by profession, Guillaume Vincent won his stripes in the QMI agency. He joined Tremblant Express in 2014. Promoted in 2017, he has been editor-in-chief and co-publisher since then.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password