La bernache du Canada et le Domaine Saint-Bernard

© AdobeStock

Au printemps, le chant des bernaches résonne; il annonce une transformation de la nature, de la chaleur et des journées plus longues. Saviez-vous qu’elles peuvent parcourir jusqu’à 1 000 km en moins d’une semaine ? Les bernaches du Canada migrent deux fois par année. Au printemps, elles voyagent lentement vers le nord en parcourant la ligne de la fonte des neiges.

La migration peut durer des semaines avant d’atteindre leur but, surtout si elles visent des régions plus au nord, telles que l’Arctique. Les bernaches peuvent effectuer de multiples arrêts sur la route afin de se nourrir dans des régions clés et faire les réserves nécessaires.

Clouées au sol

Chaque année, ces oies sauvages doivent remplacer les rémiges usées. Les plumes sont toutes remplacées en même temps. Elles ne peuvent donc pas voler pendant quatre à cinq semaines.

Durant cette période de mue, elles aiment bien demeurer dans des endroits où l’on retrouve des eaux libres, dans lesquelles elles peuvent se réfugier et trouver une bonne provision d’aliments riches en protéines nécessaires à la croissance de leurs nouvelles plumes.

Une famille unie

La bernache se trouve un compagnon pour la vie dans le but de se reproduire. Les petits demeurent avec leurs parents jusqu’à la couvée suivante; si un petit s’écarte de sa famille, une autre famille l’adoptera.

Les sites de nidification sont souvent retrouvés près de l’eau et sont choisis afin d’offrir une certaine protection contre le vent, tout en permettant d’apercevoir la présence de prédateurs. Après l’éclosion des œufs, les familles quittent leurs nids, parcourant parfois plusieurs kilomètres à la marche en quelques jours pour atteindre leur site d’élevage.

Un couple et leurs oisillons constituent un groupe presque inséparable !

Le paradis

Le Domaine Saint-Bernard est un endroit de rêve pour élever sa famille. Il offre tout ce dont une bernache peut rêver : un plan d’eau, des herbes telles les graminées et les carex, un pré, une protection contre le vent; le paradis !

Il y a deux ans, le Domaine a dû fermer l’accès à la plage du lac Raynaud durant une période de quelques semaines en raison d’une importante présence de coliformes fécaux provenant des bernaches. Un plan d’action a été adopté de concert avec le ministère de la Faune et de la Flore afin de conserver la qualité de l’eau.

Actions mises en œuvre

La première étape de ce plan d’action était de faire peur aux bernaches afin qu’elles ne retournent pas nicher aux mêmes endroits. Madeleine, un chien de travail énergique a été embauché pour une somme modique, celle du plaisir de courir après les bernaches, plaisir jumelé à de bonnes nuits de sommeil.

La deuxième étape fut de construire une clôture en ligne droite entre la plage et le pré (celle-ci s’est malheureusement avérée inefficace).

La dernière étape consistait à construire une clôture entourant la plage. Cette approche fut gagnante : seule une mère et ses deux oisillons s’y retrouvèrent.

Aussi, on observa la présence d’un nouvel ennemi : une tortue ! Une petite tortue curieuse s’est en effet approchée de la rive et la maman bernache est sortie de l’eau en colère tout en sifflant bruyamment. Peut-être que cela suffira à décourager maman bernache de revenir l’année prochaine, qui sait ?

 

Catherine Lemieux7 Posts

Adjointe à la directrice et cheffe des communications. Assistant of the director and head of the communication.

Les secrets du lac Raynaud

La tortue serpentine

Un vent de changement

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password