Karl Hilzinger : l’homme de tous les défis (Première partie)

© Courtoisie

En regardant les paralympiques le mois dernier, j’étais ébahi et inspiré par les performances des athlètes du monde entier. Je vais vous conter l’histoire d’un athlète qui a fait partie du gotha de Mont-Tremblant pendant de nombreuses années.

Karl Hilzinger est né à Montréal en 1932 et sa passion pour le sport l’amènera au football. Il est considéré comme un des meilleurs athlètes de Montréal et il fera partie des Maple Leafs de Notre-Dame au football junior. En 1952, il tente sa chance au camp d’entraînement pour les Alouettes de Montréal, mais ne sera pas sélectionné. Il réitérera son essai en 1953 et il performera deux saisons avec les Rough Riders de la Saskatchewan. En 1955, il revient dans l’est du pays pour jouer avec les Rough Riders d’Ottawa. Il y finira sa carrière de footballeur en 1959.

© Courtoisie

Karl est un homme énergique et ne se limite pas à un seul sport. Entre les saisons, il skie au mont Tremblant et l’été, il joue au golf. J’ai fait sa connaissance durant l’hiver 55-56. Il était alors moniteur à l’école de ski dirigée par le flamboyant et très réputé Ernie McCulloch.

Karl a un physique très avantageux ; il est ainsi sollicité comme mannequin, particulièrement par les compagnies de maillots de bain.

Rien ne l’arrêtait, il se sentait interpellé par toutes sortes de défis. Lors d’un voyage à Acapulco, il y observe les célèbres plongeurs de falaise qui, depuis 35 mètres de haut, font des démonstrations de leur talent et de leur courage.

Il n’en faut pas plus pour Karl ; le défi et l’attention du public suffisent pour qu’il fasse l’essai de ce sport dangereux. Il s’informe auprès des autorités locales et entreprend l’entraînement requis. Résultat ; Karl deviendra plongeur de falaises.

De façon générale on peut dire que Karl Hilzinger a tout pour lui. Il est beau, il est fort, c’est un athlète reconnu. Sa personnalité engageante le rend très populaire autant auprès des hommes que des femmes. Tout lui sourit dans la vie.

C’est en 1964 que la vie de Karl Hilzinger bascule. Nous étions un groupe d’amis réunis au Villa Bellevue, la conversation était animée et les rires fusaient de partout. En début de soirée, à l’heure de retourner à la maison, le groupe commence à se disperser. Karl et un de ses amis sont les premiers à partir.

Karl a une nouvelle auto ; une décapotable rouge. C’est l’ami qui prend le volant. J’imagine Karl dire à son chum : « Tiens, prends les clés tu vas voir comme elle va bien ».

Quinze minutes plus tard, un inconnu arrive au Villa Bellevue alors que je m’apprête à quitter l’endroit. Il annonce qu’il y a un accident sur la route, une auto a percuté un poteau électrique haute tension. Il ajoute que la voiture est toujours sur ses quatre roues, qu’elle est située entre la route et le lac et que les policiers sont en route.

Nous déduisons que c’est probablement un incident mineur, mais lorsqu’il mentionne qu’il s’agit d’une décapotable rouge, nous nous empressons d’aller sur les lieux. Karlo a peut-être besoin de notre aide.

À suivre…

 

Plus de cet auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Peter Duncan

 

Peter Duncan68 Posts

Membre de l’équipe canadienne de ski alpin de 1960 à 1971, skieur professionnel de 1971 à 1979 et champion américain en 1965, Peter Duncan a participé aux Jeux olympiques de 1964 à Innsbruck ainsi qu’à ceux de 1968 à Grenoble. Intronisé au Temple de la renommée du ski au Canada, au Panthéon des sports du Québec et récipiendaire de la médaille du gouverneur général, Peter a longtemps été commentateur de ski à la télévision./ Peter Duncan is a Canadian former alpine skier who competed in the 1964 and the 1968 Winter Olympics. He was named to the Canadian National Alpine Team in 1960 at the age of 16 and competed at the national level for the next 10-years until 1970 before retiring.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password