Gourmet Sauvage – Tous les goûts sont dans la nature

©Tremblant Express

Quand Gérald Le Gal a démarré sa petite entreprise de transformation de produits forestiers, il y a 24 ans, il était loin d’imaginer ce qu’allait devenir Gourmet Sauvage. Ce défricheur dans l’âme est maintenant épaulé par sa fille Ariane et son gendre Pascal. Ensemble ils perpétuent la mission première de l’entreprise qui est de rapprocher intimement papilles et petites merveilles boréales. Leurs produits, maintenant vendus jusqu’en Europe, sont aussi offerts dans un tout nouveau petit café sympa, sis dans un lieu mythique de la région : l’ancienne pisciculture de Saint-Faustin-Lac-Carré. Tremblant Express a eu le privilège de rencontrer Ariane.

En toute connaissance et respect 

©Tremblant Express

« Mon père était un pionnier à l’époque, et il l’est toujours », nous confie cette ancienne journaliste télé qui a troqué la vie citadine pour un retour aux sources avec sa petite famille. Autodidacte comme son père, elle partage ses connaissances avec une aisance et une énergie contagieuse.

Gourmet Sauvage initie les gens à la nature sauvage. À leurs ateliers de cueillette, de cuisine des plantes sauvages et de celle des champignons, se greffent ceux de partenaires qui partagent la même idéologie : usages autochtones séculaires, survie en pleine nature, culture des champignons, ainsi qu’une formation tout à fait unique en entomophagie. « Nous faisons partie du 20 % des habitants de la planète qui ne mangent pas de ces insectes qu’on nous a d’ailleurs appris à détester depuis notre plus tendre enfance ». Ce super aliment voit pourtant sa cote de popularité exploser jusqu’à joindre les rangs de la très haute gastronomie.

Outre la qualité et la finesse de ses produits, la popularité de Gourmet Sauvage s’explique aussi par un changement des mentalités en faveur d’une saine alimentation et du respect de l’environnement. En effet, il faut éviter que la pérennité des espèces ne soit mise en danger par l’appât du gain, sinon tout le système est affecté. « Il y a une façon de bien faire les choses; voilà pourquoi on met l’accent sur l’éducation. Il est primordial que les gens qui achètent nos produits en reconnaissent la valeur et soient conscients de notre démarche. On est nombreux sur la planète, et se nourrir a un impact indéniable », précise Ariane.

Gourmet Sauvage peut compter sur l’aide d’un vaste réseau de cueilleurs qui s’étend de l’Outaouais à la baie James. D‘ailleurs, l’entreprise invite les cueilleurs autonomes et expérimentés à se joindre à son équipe.

©Tremblant Express

Le lieu des épicurieux

La centaine de produits offerts sont transformés de façon artisanale. Les confitures contiennent de 55 à 75 % de fruits, les marinades sont faites avec du vinaigre de cidre et les aromates et épices sont séchés à la main avec attention. L’entreprise propose plus d’une centaine de produits pour le détail et la restauration : des confitures de fruits nordiques comme l’airelle ou la cerise sauvage en passant par les cœurs de quenouilles marinés, les câpres de boutons de marguerites, le sirop de bouleau, les tisanes forestières et les champignons séchés.

 

La vanille boréale 

C’est à Gourmet Sauvage que l’on doit la création, après trois ans de recherche et développement, du pendant québécois de la vanille : l’essence de mélilot. Ces minuscules fleurs doivent d’ailleurs être triées à la pince à épiler. « Il y a véritablement un désir des gens de retrouver cette simplicité », confie Ariane. Grâce à l’émission « Di Stasio », diffusée sur les ondes de Télé-Québec l’année dernière, et plus particulièrement à l’épisode intitulé « À faire soi-même », l’entreprise a pu bénéficier d’une couverture médiatique considérable.

Nouveau bistro-boutique

Gourmet Sauvage, établi depuis quatre ans dans le bâtiment principal de l’ancienne pisciculture, s’est fait le gardien de ce site exceptionnel. Abandonné depuis des décennies, la nature y avait repris ses droits. Petit à petit, des vestiges refont surface et le lieu reprend ses titres de noblesse. Le récent pavage de la piste cyclable adjacente a généré un achalandage inattendu, d’où un besoin pressant d’infrastructures d’accueil et de lieux d’aisance.

C’est donc dans une menue bâtisse admirablement bien rénovée, dans le plus grand respect de son histoire, qu’a été inauguré, le 5 mai, le tout nouveau bistro-boutique de Gourmet Sauvage. On peut y dénicher matsutake, amélanche, chicouté, gadelles, boutons de marguerites marinés et grillons en poudre. L’ardoise nous propose sandwichs et viennoiseries des plus originaux, et combien alléchants, dont le populaire sandwich de capicollo doux, avec fromage de chèvre et champignons trompettes de la mort, sur pain à l’encre de seiche.

Sur le site, des sentiers balisés sont accessibles aux familles ainsi qu’aux personnes à mobilité réduite. Quant au bistro, il est ouvert de 10 h 30 à 17 h tous les week-ends jusqu’au 24 juin et, par la suite, du mardi au dimanche, aux mêmes heures. On peut se procurer leurs magnifiques produits, ou s’inscrire aux ateliers en ligne.

Emmanuelle Virgili44 Posts

Du lundi au vendredi, Emmanuelle Virgili œuvre dans le milieu de l’éducation. Le soir et les fins de semaine, elle se transforme en journaliste et part en quête de reportages. C’est un peu par hasard qu’elle a commencé ce métier et depuis, Emmanuelle n’en démord plus. Elle contribue avec passion au contenu de nos pages depuis septembre 2017. / From Monday to Friday, Emmanuelle Virgili works in the education sector. Evenings and weekends, she becomes a journalist and heads out on assignments. Her start in the business happened more or less by chance and since then, she hasn’t budged. She has been a passionate content contributor since September 2017.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password