Farouche : résolument sauvage et luxueux

©Guillaume Vincent

Nichés au cœur de la vallée de la Diable, aux portes du parc national du Mont-Tremblant, se trouvent quatre micro-chalets luxueux à quelques pas d’un bistro chaleureux. On y sert le fruit des récoltes de la ferme nordique ancrée aux pieds des montagnes environnantes. Mais ce n’est pas tout. Farouche propose aussi des excursions en planches à pagaies sur la sinueuse rivière du Diable bordée de plages et de forêts inexploitées. Nous avons tenté l’expérience.

©Guillaume Vincent

Les refuges : bienvenue en mode glamping

Petits cocons douillets sur pilotis, les micro-chalets invitent à la détente. Un lit king moelleux et une couette duveteuse y attendent les convives au moment du repos. Construits en cèdre blanc du Québec, ces refuges isolés quatre saisons offrent tout le confort d’une chambre d’hôtel quatre étoiles — l’espace en moins. L’idée n’est-elle pas avant tout de jouer dehors ? Une plage privée est d’ailleurs réservée à leurs occupants.

Ces mini-lofts écologiques — où l’on retrouve tout de même un canapé quatre places — sont munis d’un petit réfrigérateur et d’un poêle au gaz pour les nuits fraiches. Chaque refuge dispose en outre de sa propre salle de bain complète et privée, située à quelques secondes de marche. Un luxe assez inédit en plein air.

Un café farouchement fermier

Situé à une vingtaine de minutes de Mont-Tremblant, le café, ouvert à tous, est une destination en soi. Les campeurs du parc national semblent l’avoir compris depuis son ouverture, le 15 juillet dernier.

©Guillaume Vincent

On y déguste de délicieux cafés — concoctés de main de maître par le barista Philémon —, du vin du vignoble Zyromski ainsi que de succulents plats faits maison avec les récoltes de la ferme qui a tout de bio, sauf la certification.

« Ça viendra », précise Geneviève Côté, copropriétaire des lieux. « L’obtention de cette certification est assez ardue et nous préférions mettre nos énergies sur le site. »

Et ce dernier a de quoi plaire. Rien ne semble avoir été altéré et la vue sur la vallée où trônent au loin le versant Nord et le Edge de Tremblant est un véritable appel à la contemplation. Une fois confortablement installé, un chai doré à la main, dans le café ou en terrasse, il ne reste plus qu’à profiter du moment présent.

Aventures : SUP et ski Hok

Farouche propose également la location de SUP (Stand Up Paddle), ou planches à pagaies. Encore une fois, l’offre est atypique. Grâce à une association avec la marque Taiga, il est possible — après avoir profité de conseils avisés du personnel — de faire l’essai de la planche qui nous conviendra le mieux.

En hiver, il sera possible d’opter pour des randonnées de ski-raquette (ski Hok) conçu pour la poudreuse — un hybride entre le ski de fond hors-piste et la raquette.

Un projet de cœur et de passion

Geneviève Côté & Jonathan Casaubon. ©Guillaume Vincent

Ce type de projet récréotouristique, qui conjugue une ferme, un bistro, des refuges luxueux et des excursions est assez insolite au Québec.

« L’idée de base était la ferme », expliquent de concert Geneviève Côté et son conjoint Jonathan Casaubon, propriétaires et créateurs des lieux. « Nous nous demandions où vendre nos légumes, car ils étaient produits en petite quantité. Nous nous sommes dit que ce serait super de pouvoir accueillir les gens ici et de leur proposer sur place. De là est venue l’idée du café. »

« Le terrain nous a inspiré la suite et continue de le faire, poursuit Jonathan. Nous allons d’ailleurs construire trois autres refuges cet automne et nous verrons ensuite pour des chalets plus grands dans la portion de l’érablière en montagne. C’est vraiment un projet de cœur, souligne-t-il. Nous avons combiné nos passions pour l’agriculture, le plein air et l’envie de créer un endroit rassembleur où accueillir les gens. »

« Et ce n’est pas fini. Nous avons encore beaucoup de projets », conclut Geneviève.

farouche.ca

 

Plus du même auteur ? Cliquez sur sa photo ci-dessous.

Guillaume Vincent

 

Guillaume Vincent339 Posts

Rédacteur et journaliste de profession, Guillaume Vincent a fait ses armes au sein de l’agence QMI. Il s’est joint au Tremblant Express en 2014. Promu en 2017, il y assume depuis le rôle de rédacteur en chef et directeur de la publication. / A writer and photojournalist by profession, Guillaume Vincent won his stripes in the QMI agency. He joined Tremblant Express in 2014. Promoted in 2017, he has been editor-in-chief and co-publisher since then.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password