125 ans d’amour de la nature

Le parc national du Mont-Tremblant fête cette année son 125e anniversaire, ce qui en fait le doyen du réseau de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

Fondé le 12 janvier 1895 sous le nom de parc de la Montagne-Tremblante, ce parc récréatif s’étendait alors sur 60 km2. Aujourd’hui, le parc national du Mont-Tremblant couvre un territoire protégé de 1 510 km2, se classant parmi les plus grands parcs nationaux du Québec, après ceux du Nunavik.

On y répertorie 400 lacs et ruisseaux, 40 espèces de mammifères et six rivières, dont la célèbre rivière du Diable.

Pour souligner son 125e anniversaire, le parc national du Mont-Tremblant organise des activités thématiques tout au long de l’année 2020. Au cours de l’été, l’histoire du parc national sera racontée sur de nouveaux panneaux d’interprétation et lors de causeries animées par les naturalistes.

À partir de l’automne, une nouvelle activité exclusive de « Safari loups » permettra de découvrir l’envers du décor de ce territoire parcouru par les loups. D’autres activités spéciales en collaboration avec les municipalités et les partenaires régionaux seront annoncées au cours de l’année, comme des concours et des items à l’effigie du 125e anniversaire.

Un peu d’histoire

Prise de pêche 1961 région lac Monroe.

Avant sa fondation comme parc national, ce territoire était utilisé par les Algonquins qui ont surnommé le plus haut massif « Manitonga Soutana », la montagne des esprits.

Dans les années 1930, plusieurs clubs de chasse et de pêche appréciaient les eaux pures et la faune abondante du parc national du Mont-Tremblant. Le premier camping officiel, celui du Lac-Chat, fut aménagé en 1958.

L’exploitation forestière y était permise jusqu’en 1981 avant que les normes de conservation ne se resserrent. De nos jours, les principaux attraits sont les activités de plein air : canot, randonnée, baignade, camping, ski de fond, raquettes, etc.

Modernité oblige, de nouveaux sports y ont fait leur apparition, comme le vélo à roues surdimensionnées (fatbike) en hiver et la planche à pagaie (SUP) en été.

La technologie au service de la nature

Ce milieu naturel servant de plate-forme éducative pour la sensibilisation à l’environnement continue d’innover et de se moderniser. Par exemple, le Centre de Découvertes, dont la conception architecturale s’inscrit elle-même dans le développement durable, met à la disposition des visiteurs du Wi-Fi et des bornes de recharge pour leurs appareils connectés.

Certains sentiers sont munis d’une visite guidée audio propulsée par les ondes de l’internet. Les activités aux racines historiques, telles que le canot, le kayak et la pêche sont toujours pratiquées, bien que leur équipement soit devenu lui aussi de plus en plus technique.

Qu’on choisisse de camper de façon plus rustique ou sur un site de « prêt-à-camper » bien confortable, l’objectif premier est atteint : prendre contact avec la nature pour l’aimer et la protéger.

 

Geneviève Huchette47 Posts

Geneviève Huchette a grandi à Montréal et a complété un baccalauréat en agronomie à McGill. Après ses études et quelques voyages, elle a atterri à Mont-Tremblant en 2008, d'abord pour un emploi sur une ferme biologique. Alors qu'elle continue de jardiner pour le plaisir, Geneviève travaille actuellement dans les domaines du yoga, de la vente au détail et de la rédaction. Dans ses temps libres, elle adore les sports en montagne, les jeux de société et jouer de la musique. Geneviève Huchette grew up in Montreal and completed a bachelor degree in Environmental and Agricultural Sciences at McGill University. After years of studying and travelling, she landed in Mont Tremblant in 2008, first to work on an organic farm. Although she still enjoys gardening for fun, Genevieve presently works in various domains: yoga, retail and writing. In her leisure time, she likes mountain sports, board games and playing music.

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password