Actualités

Une cabane à sucre écovégétarienne

Guillaume Vincent

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Une expérience gastronomique comme nulle autre attend les épicuriens à la toute nouvelle Cabane à Tuque. Située à Mont-Tremblant, cette sucrerie inédite reçoit ses convives dans une maison écologique, du début février à la fin avril. Une alternative aux traditionnels festins printaniers qui saura ravir les gastronomes en manque d’authenticité.

Le concept a de quoi charmer. Tout est fait maison, même le sirop qui est produit à partir de l’eau d’érable recueillie sur place à la chaudière. Le menu est composé d’aliments végétariens, locaux et biologiques – bien que la certification ne sera obtenue que l’année prochaine –. Ce projet, que Simon Meloche nourrit depuis quelques années, a pour objectif de proposer une saine alternative à la traditionnelle cabane à sucre. Le jeune homme, agriculteur de profession, et sa compagne Marilyne Demers reçoivent ainsi jusqu’à 35 invités dans leur jolie demeure écologique fabriquée en paille de chanvre, du vendredi au dimanche, à raison de deux services par jour. Afin de rester dans un esprit écoresponsable, les réservations sont de mise. On évite ainsi le gaspillage.

« L’idée est de partager, explique Simon Meloche. Il n’est pas toujours simple de bien manger. Peu de restaurants achètent leurs aliments directement des fermes. Moi, je peux parler de chaque ingrédient. Je connais leur histoire ; je les ai vus pousser », souligne-t-il, souriant.

Au menu 
Le menu ressemble à s’y tromper à celui d’une cabane à sucre traditionnelle, si ce n’est qu’il a été revisité par un producteur agricole de talent, végétarien, et friand de produits frais, biologiques et locaux. On commence le festin avec une soupe aux pois, accompagnée de pain bio de la nouvelle boulangerie Desrosiers. Simon dispose ensuite sur la table la suite du repas. L’idée est que l’on puisse se servir à satiété. On peut déguster une omelette aux légumes et aux champignons sauvages, des fèves au lard – dont le lard a été soigneusement remplacé par des aubergines et des zucchinis déshydratés – des patates rissolées accompagnées de ketchup maison, une choucroute Kimchi et une tourtière au millet.

« C’est à volonté, précise Simon. Je sers les plats jusqu’à ce que tout le monde soit rassasié tout en minimisant les pertes. On n’a pas besoin d’être végétarien, note-t-il. Ma famille et mes amis proches, qui ont testé la formule l’an passé, ont admis ne pas avoir ressenti le manque de viande. »

Pour terminer, soulignons qu’en février, Simon propose à ses convives un atelier sur l’art d’entailler les érables et les techniques d’ébullition nécessaires à l’obtention du sirop préféré des Québécois. Pour réservation : 819 425-9129 – lacabaneatuque.com.

©François Savard