Actualités

Un nouveau sentier mais des difficultés chez Plein Air

André Courey

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Un nouveau sentier, peut-être l'un des plus intéressants du vaste réseau de Mont-Tremblant, vient d’être terminé, au grand plaisir des amateurs de vélo de montagne et des randonneurs. La Cachée, comme on l'appelle, longe la rivière Cachée (laquelle s’écoule de la partie sud-est du lac Tremblant) et le Mont du Lac. Le sentier bidirectionnel de 2,2 km, bordé d’un côté par la rivière et d’un bas relief montagneux de l’autre, offre un parcours varié, classé intermédiaire, avec tournants et bosses, ainsi que des vues pittoresques. Dans un communiqué de la Ville, le maire Brisebois invite les cyclistes et les randonneurs à découvrir et à profiter du sentier.

En fait, il ne s’agit pas tout à fait d’un nouveau sentier mais plutôt d’une reconfiguration du tracé du sentier La Cachée déjà existant, lequel a dû être modifié pour contourner des terrains résidentiels récemment achetés. Le sentier a été reconstruit selon les normes d’excellence de l'IMBA (International Mountain Bicycling Association). On y a accès via les sentiers La Villageoise-de-Mont-Tremblant, La Truite et La Sciotte, ainsi que par le chemin Claude-Lefebvre.

La Ville dit avoir investi 50 000 $ dans la réalisation du nouveau sentier, notamment pour l'acquisition de servitudes, pour la conception et la construction. Elle remercie Plein Air Mont-Tremblant pour sa collaboration dans l’implantation du tracé et son assistance technique.

Plein Air Mont-Tremblant, un organisme sans but lucratif, a été créé par le conseil municipal il y a deux ans, avec Michel Collins comme président, dans le but d'améliorer et de gérer le réseau de sentiers de la ville. En juillet de l'année dernière, lors d'une conférence de presse très médiatisée, Collins déclarait que les réseaux existants de sentiers et de routes de la région, qui s’étendaient sur 800 kilomètres, seraient augmentés à 1 500 kilomètres sur une période de cinq ans. Pour beaucoup d'observateurs, y compris le conseiller Kevin Ratcliffe, les données étaient erronées, la longueur des sentiers ayant été calculée plusieurs fois selon leur utilisation (randonnée, cyclisme, ski de fond et raquette). Ratcliffe, dans l'intérêt général, a alors produit un rapport démontrant que la méthode de calcul était inexacte et n’avait aucune commune mesure avec d'autres grands sites de villégiature au Québec et au Canada. Ratcliffe affirme que, sur une base strictement linéaire, la longueur totale du réseau de la région pour la randonnée, le vélo de montagne et le cyclisme sur route durant la saison estivale est de 401 kilomètres et que la longueur totale du réseau pour le ski de fond, la raquette et la randonnée en hiver est de 480 kilomètres. Les chiffres sont deux fois moins élevés que ceux présentés par Collins.

Collins n’est plus président de Plein Air Mont-Tremblant. Face à l’opposition des membres de l'organisme concernant ses méthodes de gestion, il a récemment remis sa démission. Au moment d’écrire ces lignes, Plein Air était sous la tutelle du directeur général de la Ville, Jean Marcoux, et le conseil municipal prévoyait de nommer un autre président sous peu et de formuler un nouveau plan directeur pour l'organisme.

Photo : sentier La Cachée