Actualités

Un bel avenir en perspective pour le pôle villageois

Guillaume Vincent

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

La Ville de Mont-Tremblant a fait l’acquisition d’une dizaine de propriétés situées au cœur du secteur Village au cout de 4,5 M$. L’objectif : sécuriser des actifs immobiliers afin de s’assurer que les projets de développement répondront aux critères fixés dans le plan particulier d’urbanisme. L’avenir de ce pôle, à l’indéniable charme, semble désormais gravé dans le marbre.

Animé d’un enthousiasme communicatif, le maire de Mont-Tremblant Luc Brisebois parle de ce projet sans détour. La Ville a une vision et elle détient désormais les atouts nécessaires à la réalisation de cette dernière. Il rappelle que ce projet s’inscrit dans le plan d’affaires intégré de développement touristique – qui murit déjà depuis plusieurs années et vise à bonifier et diversifier l’offre et les infrastructures touristiques concentrées autour des cinq pôles – (centre-ville, Domaine Saint-Bernard, parc national du Mont-Tremblant, Le Village et le Centre de villégiature Tremblant).

« Ce projet nous anime. On a une superbe ville et l’avenir de Mont-Tremblant repose sur le développement de ses pôles, soutient M. Brisebois. Les projets concernant le centre-ville touchent à leur fin ; c’est maintenant au tour du Village. Il était essentiel d’acquérir ces terrains, affirme-t-il. On voulait éviter que des investisseurs ne mettent la main dessus et ne les morcèlent. Ça aurait compromis l’atteinte de nos objectifs et freiné les interventions du PPU », explique M. Brisebois, qui a par ailleurs tenu à préciser que la plupart des terrains seront revendus à des promoteurs disposés à adhérer à ce plan particulier d’urbanisme (PPU).   

Un créneau culturel et sportif
Ce plan de développement, taillé sur mesure pour ce secteur de la ville, est des plus prometteur. M. Brisebois insiste sur l’importance de procurer au Village un créneau différent de ceux du centre-ville et de la Station. La Ville tient à en faire une destination de choix ; à la fois pour le plein air et pour la culture. On voit grand : une fenêtre élargie sur le lac Mercier ; une place publique couverte au cœur du Village – susceptible d’accueillir artisans, artistes et producteurs maraichers – et une gare revampée et agrandie.

« Nous désirons créer un milieu de vie dynamique pour les résidents, axé sur la culture, le sport et la famille. La somme des propriétés acquises nous donne la chance de réaliser notre vision. La plage pourra être très agrandie. Quand on fera un évènement, ce sera quelque chose », souligne M. Brisebois.

Le PPU
Les critères fixés dans le plan particulier d’urbanisme sont basés sur sept interventions. La première est d’offrir un milieu de vie dynamique pour les résidents qui incitera les familles à se réapproprier ce secteur de Mont-Tremblant. L’offre commerciale sera quant à elle renouvelée et viendra compléter l’offre du centre-ville ainsi que celle du Centre de villégiature Tremblant.

Comme mentionné plus haut, le PPU prévoit également d’agrandir l’accès sur le lac Mercier, ce qui permettra au plus grand nombre d’en profiter. Le pôle villageois sera en outre appelé à devenir l’endroit de prédilection pour accéder aux différents réseaux de sentiers. Afin de conserver le cachet du village, le patrimoine bâti sera mis en valeur, le tout, « en prenant soin de respecter l’environnement », insiste Luc Brisebois. Enfin, l’offre en stationnement sera augmentée et on prévoit l’installation d’une signalisation et d’une signalétique plus efficace.

Le cout
Les biens immobiliers, consentis à la Ville de Mont-Tremblant pour 4,5 M$ lors de cette transaction, sont évalués à 4,9 M$. Le règlement d’emprunt stipule que la Ville payera 900 000$ par an pendant cinq ans, et ce, à même les surplus. « Il n’y aura aucun impact sur le taux de taxes des citoyens », affirme le maire.

« La Ville se porte ainsi acquéreur de l’ensemble des propriétés appartenant à l’Auberge La Porte Rouge. Les propriétaires de l’Auberge continueront toutefois d’exploiter leur entreprise jusqu’en 2018 », apprend-on par voie de communiqué.

« Il est important de se rappeler que les gestes que nous posons, nous le faisons pour nos gens, on leur donne la chance de travailler et de gagner leur vie à Mont-Tremblant tout en s’assurant que notre principale industrie demeure en santé et s’adapte aux nouvelles tendances », conclut le maire.