Actualités

Noël à travers le monde

Guillaume Vincent

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Les multiples traditions qui entourent les célébrations de Noël mettent en lumière bien des aspects de la culture et de la foi religieuse d’une nation. Cette foi revêt bien des visages et nous plonge, à tous coups, dans une ambiance féérique depuis plus de deux millénaires. Petit tour du monde en 80 lignes.

En Allemagne
C’est à l’Allemagne protestante du 16e siècle – qui refusait alors de considérer la crèche comme symbole de la nativité – que l’on doit le traditionnel arbre de Noël. De fil en aiguille, on pare le sapin de bougies afin de rappeler la lumière du Christ et une étoile se hisse à la cime de l’arbre, évoquant l'étoile de Bethléem.

C’est également en Allemagne, un siècle plus tôt, que le célèbre marché de Noël fit son apparition. Les Allemands et les visiteurs des quatre coins de l’Europe viennent y acheter, tout au long du mois de décembre, des décorations de Noël et y dégustent du vin chaud, des biscuits et du pain d'épice. La magie du temps des Fêtes côtoie alors l’émerveillement. La couronne de l’Avent, autre symbole fort du temps des Fêtes, est apparue à cette époque chez nos amis germaniques.

En Irlande
Chez les Irlandais, les fêtes de Noël commencent 12 jours avant le réveillon. On appelle cette période « little Christmas ». Le jour de Noël, une bougie est déposée sur le rebord de la fenêtre. Avant de partir pour l’église, les Irlandais prennent soin de laisser, bien en vue, un verre de whisky pour le père Noël et des carottes pour les rennes. La coutume veut que les cadeaux soient distribués le 25 décembre lors du diner traditionnel. Le lendemain, la fête se poursuit lors du St Stephen's days, qui est un jour férié en Irlande. Cette journée est principalement consacrée à la famille, lors de laquelle il est de coutume d’assister à des courses hippiques et de chanter des cantiques dans les rues.

Au Royaume-Uni
Les cartes de vœux sont apparues chez nos amis anglo-saxons au XVe siècle. Cette tradition ne prendra de l’ampleur que trois-cents ans plus tard, alors que l'imprimerie connait ses premiers balbutiements. La coutume veut que l’on envoie une carte de vœux à chaque personne que l’on connait. Les cartes reçues sont ensuite exposées sur la cheminée ou sur les murs de la maison. Les enfants profitent du 24 décembre – jour férié en Angleterre – pour sortir dans les rues et chanter des cantiques en échange de bonbons et de petits cadeaux. Le soir venu, les britanniques bambins suspendent de grandes chaussettes au pied de leur lit à l’intention du père Noël. Ce dernier y déposera cadeaux et friandises. Le 25 décembre, toute la famille se réunit lors du diner pour y déguster la fameuse dinde aux marrons ainsi que le célèbre plum-pudding ; ce dessert traditionnel préparé plusieurs mois à l’avance.

Au Danemark
Tout au long du mois de décembre, les rues sont illuminées et décorées de guirlandes et de branches de sapin. Chaque maison est ornée d’une couronne de l’Avent suspendue au plafond, sur laquelle trônent quatre bougies. Les enfants réalisent eux-mêmes de nombreuses décorations destinées à égayer la maisonnée et l’arbre de Noël. À la fin du repas, on sert le traditionnel riz au lait dans lequel est dissimulée une amande. La personne qui la trouve reçoit une friandise porte-bonheur en pâte d'amande. Une fois le diner terminé, le papa allume seul les bougies qui garnissent le sapin. Impatiente, toute la famille le rejoint enfin et forme un cercle autour de l'arbre avant d’entonner, main dans la main, des cantiques de Noël.

« Le père Noël c't'un Québécois »
Comme le soutient la célèbre chanson de Joseph (Pierre Laurendeau), « Le père Noël c't'un Québécois ». En 1953, Réal Rousseau et Jacques T. Melchers décident donc de lui construire une résidence d'été à Val-David, chez nous, dans les Laurentides. Arrivé l'année même en hélicoptère, le père Noël y revient chaque été. Il a depuis reçu pas moins de trois-millions de visiteurs.

C’est l’temps d’écrire au père Noël !
Forcément, les enfants de partout dans le monde se sont mis à lui écrire. Devant la quantité considérable de lettres reçues chaque année (plus d’un million et demi), le personnel de Postes Canada décida de mettre en place un programme officiel de réponse aux lettres adressées au père Noël. Ainsi, depuis 1983, le code postal H0H 0H0 est utilisé pour lui acheminer gratuitement les lettres. La magie des lutins de Poste Canada leur permet de répondre dans plus de 30 différentes langues, incluant le braille. N’hésitez pas à lui écrire, mais n’oubliez surtout pas d’inscrire l’adresse de l’expéditeur. La date limite est le 14 décembre pour les enfants de tout âge et le 2 décembre pour les écoles. Joyeux Noël à tous !