Xpress affaires

L’igloo réinventé

Guillaume Vincent

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Il n’y avait qu’un Québécois pour inventer une telle merveille. Ce squelette d’igloo, qui peut supporter un poids équivalent à mille livres de neige, permettra désormais aux enfants de l’hémisphère nord de profiter des joies de l’hiver en toute sécurité. Son nom : le Play Snow. 

Son inventeur, Éric Villiard, raconte avoir créé cette structure afin de permettre aux enfants de s’adonner aux joies hivernales, sans pour autant risquer l’ensevelissement. Et cet athlète, membre retiré de l’équipe canadienne de ski alpin, parle en connaissance de cause. À l’âge de dix ans, son père lui sauva la vie alors qu’un tunnel de neige s’était effondré sur lui. « J’ai eu de la chance qu’il me voit de l’intérieur de la maison. Il s’est précipité pour me sortir de là. Il m’a probablement sauvé la vie ce jour-là », confie-t-il.

« Les enfants aiment faire des tunnels dans les bancs de neige, mais c’est dangereux, poursuit M. Villiard. Nos parents nous prévenaient toujours que ça pouvait s’écrouler à tout moment. J’ai deux garçons de quatre et huit ans, qui bien sûr, veulent construire des igloos. C’est pourquoi j’ai décidé de créer cette grille de plastique rigide afin qu’ils n’aient pas à subir une mésaventure telle que la mienne », explique-t-il.

L’igloo qui ne s’écroule jamais
Éric s’attèle alors à la tâche et crée, dans son propre garage, le Play Snow. Il aura fallu six mois de travail acharné pour réaliser un premier prototype. Le produit final, dont la conception a été approuvée par la firme d’ingénieurs LX Sim, est composé de 17 panneaux de polyéthylène haute densité et ne pèse que 50 livres (22,6 kg). Bien que léger, ce plastique est extrêmement rigide. Il est de plus résistant aux rayons UV ainsi qu’aux variations de température. Conçu pour être assemblé et démonter sans outil – et le plus facilement du monde –, l’igloo a un diamètre de 5 pieds (1,5 m) et mesure 4 pieds de hauteur (1,2m). Une fois assemblé, il suffit de le recouvrir de neige collante et de garder l’entrée dégagée. Soulignons qu’en été, le Play Snow pourra être couvert d’une toile décorative et servir de tente pour le plus grand plaisir des tout petits.

Avoir son propre petit village de glace
Mais ça ne s’arrête pas là. Éric Villiard a en effet conçu ses igloos afin que l’on puisse les raccorder les uns aux autres. Il est donc probable que vous assistiez à un remake de la guerre des tuques dans votre propre cour arrière. « Il n’y a pas de limites, précise Éric, seulement celles que vous impose votre imagination. On peut en assembler autant qu’on veut grâce aux portes d’interconnexion. Toutes les pièces seront disponibles sur le site web », précise-t-il.

« On est passé du rêve à la réalité » – Éric Villiard
Grâce au premier prototype, Éric et sa famille profitent du Snow Play depuis déjà deux ans. « Les enfants adorent, constate-t-il, et j’ai enfin l’esprit en paix lorsqu’ils jouent dans la neige. » Mais les besoins sont grands afin de pouvoir commercialiser le Play Snow. Les quatre moules nécessaires à la fabrication des différents panneaux coutent à eux seuls 200 000 $. Qu’à cela ne tienne, Éric Villiard a présenté son projet aux internautes via le site Kick Starter et a remporté un véritable succès avec plus de 280 000 $ de financement participatif. Investissement Québec lui a de plus octroyé un prêt nécessaire à la distribution et la mise en marché du Play Snow, qui est disponible en ligne depuis le mois de décembre. Les familles québécoises et canadiennes pourront donc profiter de cette superbe invention dès cet hiver.

« […] Je dédie ce projet en démarrage à ma famille ainsi qu'à la vôtre, car je veux encourager les familles à sortir jouer dans la neige – ma passion – et assurer la sécurité de nos petits trésors lorsqu’ils jouent dans celle-ci. » Pour plus d’information ou pour passer commande : playsnow.ca.