ski-tips

La plasticité du cerveau…

Pierre Godbout

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Lorsqu’un skieur expérimenté souhaite s’améliorer, ça nécessite l’apport de certains changements dans sa façon habituelle de bouger sur ses skis.

Dans certains cas, les gestes seront vraiment différents, dans d’autres cas, les mouvements seront nouveaux parce qu’ils seront juste plus précis.

Quel que soit le type ou l’ampleur du changement, celui-ci nécessitera une plasticité du cerveau pour que celui-ci arrive à commander à son corps d’exécuter des gestes inhabituels.

Cet aspect de l’apprentissage est un défi important pour les skieurs en quête d’amélioration.

Il est nécessaire de comprendre la bonne TÂCHE à exécuter en toute simplicité.

Il faudra la visualiser. Soit en la voyant chez d’autres skieurs, soit en vous imaginant en train de l’exécuter. De toutes évidences, l’acquisition de nouveaux mouvements pour être plus efficace sur la neige demande, au moment de l’exécution, de la CONCENTRATION et passez-moi l’expression, une souplesse mentale… J’entends déjà des détracteurs qui diront que pour bien skier, il faut avoir l’esprit libre. Pas trop penser. Je suis d’accord !

Néanmoins, je crois qu’un geste deviendra libre et fluide après avoir été acquis au prix d’un niveau de concentration élevé avant que celui-ci devienne acquis et instinctif.

La concentration ne correspond pas au fait de penser à plusieurs choses, mais plutôt de garder un ‘’focus’’ intense sur une image, une sensation, un geste ou une idée. Ça fait partie du processus d’apprentissage pour ceux qui veulent vraiment s’améliorer.

Soyons pratiques !

Essayer d’exercer votre cerveau à être en mesure de créer des changements dans vos habitudes. Augmentez sa plasticité…

Voici un exercice de mise en train qui pourrait contribuer à développer cet OUTIL DE CHANGEMENT :
Sur une pente modérée et régulière, faites des virages ronds et constants d’une largeur correspondante à deux (2) traces de dameuse. Faites votre plantée de bâton au même moment qu’à l’habitude, mais faites-le avec l’autre bâton, soit à l’extérieur du virage. Soyez TENACE. Lorsque  vous y arriverez, augmentez le rythme des virages tout en continuant de planter le bâton du mauvais côté afin de défier au maximum vos réflexes usuels. La tâche est SIMPLE, mais DIFFICILE parce qu’elle est DIFFÉRENTE. Vous pourriez devenir des ‘’pros’’ du plantée de bâton à l’envers, mais surtout des skieurs capables de changer pour s’améliorer.