golf

Jouer juste ou jouer par cœur ?

pierre brisebois

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Irez-vous jouer par pur plaisir cette année? À moins que, par l’entremise de quelques leçons, vous décidiez plutôt de jouer juste. Ou encore, peut-être qu’après avoir assimilé les bases, vous aurez le gout d’improviser, tout en jouant « par cœur ». Alors, quelle sera votre décision?

Donnez de la valeur à ce que vous êtes et à ce que vous faites
Au golf, il est essentiel de se donner de la valeur, de donner de la valeur à ce que l’on vit, et de donner de la valeur à chacun de nos coups. En donnant un sens à notre expérience de jeu, on l’apprécie davantage, car avec le temps, on développe une forme de maîtrise de soi, et on garde au-devant de soi sa vision des choses et son intégrité.

La visualisation ...
« Lorsque vous créez une image, vous identifiez un concept autant que l’information visuelle. Ce qui est deux fois plus bénéfique qu’en utilisant des mots », mentionne Pascale Michelon, docteure en neurosciences. L’idée est d’être proactif et positif en imaginant le meilleur résultat qui soit et en associant cette image de succès avec une visualisation de la tâche qui crée ce succès. Si par exemple, vous voulez atteindre votre cible, créez l’image de la cible. Puis, imaginez ce qui l’amènera là ; soit une envolée de balle parfaite par la position d’équerre de la semelle du bâton à l’impact.

Recherchez des stimulations mentales et physiques
Sortez de votre zone de confort et créez de la variété. Au lieu de toujours jouer vos coups d’approche de la même façon, essayez de changer votre envolée de balle en changeant de bâton, de position, et de mouvement. Ainsi, vous permettrez à différentes zones de votre cerveau et de votre corps d’être stimulés et de contribuer à l’action. Le bût étant de rester alerte, tant du coté du corps que de l’esprit afin d’établir des liens entre ce que vous éprouvez par l’entremise de vos sens et ce que vous imaginez. C’est de la psychomotricité à son meilleur.

La prise de conscience de nos états d’être et de faire nous amène à être plus présent, puis à une forme de volonté d’agir et à un désir naturel de développement. Plus on est positif dans nos façons de « voir », plus on est convaincu, batailleur et impliqué dans notre manière de jouer, plus on se « sent » faire mieux.

Bonne saison!