golf

Étonnants et vraiment bons

pierre brisebois

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Chaque été, j’ai le privilège de voir grandir et évoluer plus de 150 jeunes, et par le fait même, de voir dérouler sous mes yeux un aperçu de leur avenir. S’il y a un élément parmi tous les autres qui ressort, c’est le fait que nos jeunes sont vraiment bons. Je ne parle pas de victoires, de pointage, ou d’élan. Je vous parle de ce qu’ils sont. De leur focus, de leur volonté, de leur persistance dans les efforts, de leur habilité naturelle à vouloir s’améliorer, de leur facilité à avoir du « fun », et « à aimer ça ». Je vous le dis, ils sont vraiment bons et voués à un bel avenir!

C’est tellement facile d’oublier comment ils sont et de donner plus de valeur à ce qu’ils font. Pourtant, il semble difficile de maintenir cette perspective chaque jour, surtout lorsque la période d’examen (de tournois) arrive. Combien de points donne ce tournoi à l’Ordre de Mérite ? Sur quel parcours ? Contre quels niveaux ? Quel pointage l’emportera ? Quoique ces éléments peuvent stimuler et motiver, la plupart du temps, ils deviennent des distractions et au golf, plus le joueur est sous l’effet de distractions, plus il perd la notion d’attention à l’essentiel, soit sa conscience de lui-même, son bien-être et son focus sur les tâches qu’il veut et doit accomplir pour connaître du succès.

Quand on passe du temps avec nos jeunes, on prend conscience de leur état d’esprit, de leur nature, et on comprend que tout ce dont ils ont besoin, en plus de notre attention, c’est un encadrement et du temps. Ainsi, à la longue, nos enfants qui sont déjà bons ne pratiquent pas à faire des birdies, ils s’entrainent à continuer d’avoir du plaisir. Ils ne pratiquent pas à frapper 15 verts en coups prescrits, ils s’entrainent à avoir de l’ordre, notamment en ayant une éthique qui devient une routine appliquée au jeu. Ils ne vivent plus le stress de la compétition, car ils se sont disciplinés avec le temps à faire des élans gracieux. Ils ne pratiquent pas à jouer sous la normale, ils s’entrainent à maintenir leur focus, entre autres sur leur cible. Ils ne jouent pas 50 tournois en 60 jours afin de recevoir éventuellement une bourse d’études ou devenir professionnels, ils s’entrainent tous les jours à être patients. Et conséquemment, par hasard, les birdies arrivent, le pointage s’améliore, et les records continuent d’être battus.