Actualités

Erik rentre à la maison, acclamé une fois de plus

André Courey

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Erik Guay est rentré chez lui à Mont-Tremblant pour profiter d'une précieuse semaine de vacances et être avec sa famille après avoir remporté les médailles d'or et d'argent aux Championnats du monde de ski alpin à St-Moritz. Dévoué père de famille, Erik a pris le temps d’aller skier avec ses filles, mais il a consacré une bonne partie de ses journées à accorder de nombreuses entrevues aux médias. C'est le prix à payer quand on est une célébrité internationale, car Erik s’est hissé au sommet du classement de son sport grâce à ses exploits à St-Moritz en plus du titre de champion du monde en super-G remporté en 2011 et du Globe de cristal en super-G de la Coupe du monde pour la saison 2009/2010. Tous ces exploits et les 25 médailles obtenues jusqu’à présent (au moment d’écrire ces lignes) en Coupe du monde font de lui, et de loin, le skieur de compétition canadien le plus médaillé de tous les temps, et il est bien probable qu’il en décroche d’autres en Coupe du monde. Mark Rubinstein, le PDG de Alpine Canada Alpin, l'organisme qui chapeaute le ski de compétition alpin au Canada, affirme que Erik a livré une « incroyable » performance à St-Moritz, surtout compte tenu des récentes blessures dont il a eu à se remettre. Mais après avoir atteint le sommet à St-Moritz, Erik désire-t-il toujours autant obtenir une médaille olympique?

« Bonne question », a répondu Erik dans une interview téléphonique. « Les médailles (remportées à St-Moritz) atténuent la pression des Jeux olympiques. Mais j'ai toujours dit qu'il y avait trois buts que je voulais atteindre : un Globe de cristal, un Championnat du monde... et une médaille olympique. » Il reste donc une médaille olympique pour compléter le tour de force, du moins dans la tête d’Erik.

Le parcours de descente et de super-G à PyeongChang, en Corée, où se tiendront les Jeux olympiques d'hiver en février 2018, plaît bien à Erik. « Beaucoup de virages et de sauts », mentionne-t-il, bien qu'il n'ait pas particulièrement bien réussi les épreuves-tests en Coupe du Monde à cet endroit l'année dernière – 28e en descente et 17e en super-G. Ses bottes n’étaient pas bien ajustées et pour remporter des médailles à ce niveau, il faut que tout soit parfait, comme ce fut le cas à St-Moritz. Il ne lui sera plus possible de tester le parcours car aucune autre épreuve de vitesse masculine de Coupe du monde n'est prévue à PyeongChang avant les Jeux.

Mark Rubinstein affirme : « Nous avons toutes les raisons de croire qu’Erik obtiendra de bons résultats aux Jeux olympiques de Pyeongchang. » Il mentionne aussi que les médailles d'Erik (ainsi que la médaille de bronze en super-G de Manuel Osborne-Paradis) aux Championnats du monde sont tout aussi importantes que des médailles olympiques dans l’histoire du ski canadien. Il croit toutefois « qu’il faut évaluer le succès d'un athlète en tenant compte des résultats obtenus durant toute sa carrière. » Selon ce critère, Erik est déjà le plus grand skieur canadien de tous les temps, peu importe ce qui arrivera à PyeongChang. Dans l’intervalle, solide et constant, Erik prend son mal en patience et concentre ses efforts à aller chercher d’autres médailles en Coupe du monde et à rester au mieux de sa forme physique.

Avant qu’Erik ne retourne de nouveau en Europe pour participer à d’autres courses de la Coupe du monde, une fête a eu lieu en son honneur sur la Place Saint-Bernard à Tremblant où près d'un millier de fans ont acclamé leur héros avec enthousiasme. Des représentants de Tremblant, du Club de ski Mont-Tremblant, de la Ville de Mont-Tremblant et des circonscriptions provinciales et fédérales de la région ont tenu des propos élogieux à son sujet. David Graham lui a rendu hommage, comme il l’avait fait à la Chambre des communes à Ottawa, et Erik, comme il le fait si souvent, a encouragé les nombreux jeunes qui l’adulaient en leur disant: « Travaillez dur et poursuivez vos rêves. »

Et le 26 février, il a ajouté un 25e podium avec une troisième place en Super-G en Norvège.