Événements

Demi-marathon : le dernier sprint

Guillaume Vincent

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Des centaines de coureurs s’apprêtent à relever le défi du Demi-marathon de Mont-Tremblant, le 10 aout prochain. Bien que cette épreuve ne requiert pas l’entrainement requis pour un marathon, la distance de 21,1 km – spécialement en terrain vallonné – constitue tout de même un défi de taille. Comment s’y préparer ?

Pour le commun des mortels, 20 à 24 semaines d’entrainement sont nécessaires afin de compléter avec succès un demi-marathon. Selon Robert Roy, kinésiologue et ambassadeur du Demi-marathon de Mont-Tremblant, il est indispensable d’avoir complété une saison de course, impliquant des sorties de cinq à dix kilomètres.

Défi supplémentaire
Bien que le relief ajoute un certain défi et permette une course plus intéressante, le Demi-marathon de Mont-Tremblant représente un défi supplémentaire en raison de la nature topographique du parcours. Dès les premières minutes qui succèderont le départ du Casino, les coureurs se retrouveront confrontés à une pente descendante relativement prononcée. « Et c’est justement dans les pentes que l’on risque le plus de se blesser », précise M. Roy. « C’est pourquoi il est nécessaire d’inclure dans son programme d’entrainement des courses en terrain incliné. Les descentes sont plus difficiles musculairement, poursuit-il. Il faut maintenir sa vitesse et augmenter sa cadence en gardant les foulées plus courtes mais plus nombreuses. »

L’échauffement
Ce n’est un secret pour personne; un bon échauffement doit précéder tout effort physique afin d’éviter les blessures. Les participants devront donc mettre à profit les 20 à 25 minutes qui précèderont le départ afin de simuler des mouvements de course avec plus d’amplitude.

« Il faut en effet échauffer les groupes musculaires importants pour la course, soit les fessiers, les fléchisseurs de la hanche, les mollets et les muscles stabilisateurs du tronc », explique Robert Roy. Marcher en levant les genoux au niveau des hanches, avec les talons aux fesses et effectuer les lunges (fentes marchées vers l’avant) font partie des exercices de réchauffement que conseille le kinésiologue. Marcher sur le bout des pieds et ensuite sur les talons permet en outre de réchauffer les chevilles. Bonne course à tous les participants!

Photo : Robert Roy (chandail bleu)