Actualités

« DE L’ARBRE À LA TASSE… »

Tremblant Express agrandir »

La petite histoire du café

C’est avec grand plaisir que je me joins à l’équipe de chroniqueurs du Tremblant Express. Maître torréfacteur et fondatrice de Couleur Café, j’aurai comme objectif au fil des prochains mois de vous partager connaissances, trucs et recettes reliés au fascinant monde du café. N’hésitez pas à nous écrire concernant des sujets ou des questionnements que vous aimeriez aborder.

Commençons notre premier rendez-vous café avec l’histoire du café. C’est à la frontière de l’Orient que nous retrouvons les premières traces du café, dans une région située sous la corne de l’Afrique; l’Éthiopie. De l’Orient à l’Occident, le café connait une formidable ascension. C’est au XVIe siècle que les Européens découvrent le breuvage grâce aux Ottomans. Ils en ont fait un met délicat apprécié de la capitale de cet empire, Istanbul, sublime porte de l’Orient. Dès 1615, le café se diffuse sur l’ensemble du continent européen. C’est dans la ville de Venise que sa consommation sera le plus répandue. Son succès est tel que certains religieux italiens ont demandé son excommunions, pensant qu’il ne pouvait être que le fruit du Diable. Le Pape Clément VIII a d’ailleurs proposé de le faire baptiser afin d’en faire un vrai breuvage chrétien! À cette époque, il était même interdit aux femmes, étant considéré comme « trop stimulant ».

Aujourd’hui, le café est classé comme deuxième produit le plus transigé au monde après le pétrole et s’inscrit au troisième rang des boissons les plus bues à travers la planète, après l’eau et le thé. Tout comme les amateurs de vin qui échangent sur la robe ou la couleur de leurs produits favoris, la nouvelle génération de consommateurs de café échange au quotidien sur les différents aspects de ce fascinant produit.

Saviez-vous que…
Il existe une légende sur l’origine du café, celle du berger Kaldi, relatée dans un des contes des Mille-et-une Nuits. « Alors que le berger faisait paître ses chèvres dans les montagnes d’Arabie, il découvre des arbustes gorgés de petits fruits rouges. Ayant remarqué l’excitation qui s’emparait de ses bêtes après que ces dernières aient brouté sur les collines, le berger choisit d’en parler aux moines de la région. Ces derniers décidèrent d’aller cueillir ces fruits et de les faire sécher et préparèrent une infusion qu’ils burent avec délice. S’ensuivit une agitation fébrile qu’ils associèrent à une révélation divine. »

Bon café !

Par Annie Gaudet, propriétaire/maitre Torréfacteur
www.couleurcafe.ca