Actualités

Cinq légendes intronisées au Temple de la renommée du ski des Laurentides

André Courey

Publié le:

Tremblant Express agrandir »

Quelques-uns des plus grands noms du ski en Amérique du Nord se sont réunis au pavillon du Mont Saint-Sauveur à l’occasion du 33e banquet d'intronisation annuel du Temple de la renommée du ski des Laurentides qui s’est tenu le 22 octobre dernier. Un remarquable groupe de vedettes participaient à cette soirée étoilée.

John Fry, ancien rédacteur en chef montréalais de Ski magazine et d'autres grandes publications sur le ski, et Doug Pfeiffer, ancien rédacteur de Skiing Magazine et expert en technique de ski, né à Québec, sont respectivement revenus de New York et de Californie sur les lieux de leur ancien terrain de jeu afin d’y être intronisés. Tous deux, maintenant octogénaires, ont été des journalistes d'avant-garde à l’emploi des magazines de ski de langue anglaise les plus renommés des années 1950 jusqu'à la fin des années 1970 alors que le ski connaissait un essor exponentiel et devenait un sport majeur et une industrie importante en Amérique du Nord. Fry a été parmi les premiers skieurs à dévaler les pentes du mont Tremblant dans les années 1940. Pfeiffer a commencé sa carrière en tant que moniteur de ski à Tremblant et à Gray Rocks.

Jasey-Jay Anderson, planchiste local champion du monde et olympique dont les performances sont bien connues dans la région, a également été intronisé lors du banquet, tout comme Roger McCarthy, le populaire premier directeur de Tremblant sous Intrawest. Ce dernier a dirigé la transformation du site de villégiature dans les années 1990, lui conférant un statut international. Gérard Siegmann, propriétaire  exploitant de Sun Valley à Sainte-Adèle, l'une des premières stations de ski des Laurentides, a également été intronisé. Il est reconnu comme un pionnier de l'industrie touristique des Laurentides. Tous, maintenant membres du vénérable Temple du ski des Laurentides, se sont dits surpris, honorés et flattés.

De grandes figures du ski des Laurentides (et internationales) étaient présentes au banquet, dont Lucille Wheeler, Nancy Greene, Peter Duncan et Jean-Luc Brassard. Il y avait aussi d’autres personnalités, notamment Hugh Smythe, ancien président et chef de l’exploitation chez Intrawest; Daniel Rochon, président de l'Association des stations de ski du Québec (ASSQ); Gilles Parent, l’un des fondateurs de l'ASSQ et producteur de documentaires sur le ski; Chris Edgell, ancien président du Temple de la renommée du ski canadien et Musée.

Jamais auparavant un groupe si impressionnant de gens éminents du monde du ski n’avait assisté à un banquet d'intronisation du Temple du ski des Laurentides, un tour de force réalisé par les organisateurs et les directeurs du Musée du ski des Laurentides. L'événement a permis de souligner l’existence du musée à Saint-Sauveur. Ses dévoués directeurs, précédents et actuels, ont persévéré malgré les années difficiles et sont parvenus à conserver le Temple de la renommée et Musée et à faire en sorte qu’il continue d’être le symbole du patrimoine et de la riche histoire du ski de la région. Un tel dévouement, mentionnait le vice-président et journaliste bien connu Guy Thibodeau, maître de cérémonie de la soirée, est dû à un profond et constant sentiment de fierté envers la région des Laurentides, laquelle a joué un rôle essentiel dans l'histoire du ski. « Les Laurentides, a-t-il souligné, sont considérées comme le berceau du ski en Amérique du Nord. »

Le musée, localisé dans l'ancienne caserne de pompiers de Saint-Sauveur, compte plus de 5 000 artéfacts et une collection d'archives privées. Le musée témoigne des débuts et de l’évolution du ski dans les Laurentides et de son impact sur l'économie touristique de la région. Le musée présente actuellement une exposition spéciale sur les exploits d'Alexandre Bilodeau, double médaillé d'or olympique en ski acrobatique, ainsi qu’une exposition itinérante sur le légendaire "Jackrabbit" Smith-Johannsen.

Le musée semble aujourd’hui être établi, plus que jamais, sur des bases solides. Le président Gilles Dazé en attribue en grande partie le crédit « au précieux soutien financier de la Ville de Saint-Sauveur ». Le gouvernement du Québec, la MRC et les sociétés commanditaires contribuent également de manière importante. Tous, dit Dazé, « sont indispensables à notre existence ».

Le banquet du Temple de la renommée et la vente aux enchères sont deux importantes activités de collecte de fonds pour le musée. À noter : Le programme de soutien aux athlètes mis en place par le musée.

© Serge Grenier - Photo : Gérard Siegmann, Doug Pfeiffer, Lucile Wheeler (Présidente d’honneur, intronisée en 1982), Roger McCarthy, Jasey-Jay Anderson et John Fry.